Faire durer son couple, rester dans l’amour du début, rêve ou réalité ?

Faire durer son couple, rester dans l’amour du début, rêve ou réalité ?

« Qu’est-ce que tu dirais, toi si t’étais là… », « Je te jetterai des sorts pour que tu m’aimes encore »… L’Amour avec un grand A… Il a été chanté, écrit, décrit, joué, crié, murmuré pleuré… Qu’on l’imagine sous les traits de Cupidon avec son arc et ses flèches, ceux d’Apollon avec les Dieux du Stade, ou ceux de l’homme de ses pensées, l’amour fait couler autant de larmes que d’encre. Même en couple, il nous arrive de regarder ailleurs, à la recherche du grand Amour. Que voulons-nous ? Un protecteur ? Un amour inconditionnel ? Un complice ? Un partenaire ? Combler un manque ?

Pourquoi vivre en couple ?

Dans notre société, vivre en couple est la normalité. C’est même le fantasme de 90% de français, alors que vouloir vivre seul est suspect. A l’instar de certaines variétés d’oiseaux, l’Homme semble bien décidé à faire sa vie à deux pour fusionner avec l’autre. Pourtant, dans la réalité, chaque jour en France, 356 divorces sont prononcés. Vivre en couple, c’est une façon de répondre à nos besoins fondamentaux : sécurité, prédictibilité, stabilité ; ce qui entre en totale contradiction avec nos désirs avoués : surprise, mystère, nouveauté… C’est s’assurer la présence à nos côtés de celui qui nous aidera à élever les petits en allant chasser et en réparant le nid. C’est aussi satisfaire son besoin d’amour et de reconnaissance et fuir la solitude qui nous confronte à nous-mêmes. Et c’est aussi la recherche de l’âme sœur. Ne dit-on pas « ma moitié » ? D’ailleurs, connaissez-vous le mythe de l’androgyne ? « Jadis notre nature n’était pas ce qu’elle est à présent, elle était bien différente. D’abord il y avait trois espèces d’hommes, et non deux, comme aujourd’hui : le mâle, la femelle et, outre ces deux-là, une troisième du nom d’androgyne composée des deux autres, mâle et femelle réunis. Ayant provoqué la colère des dieux, ils furent punis par Zeus qui les sépara chacun en deux moitiés ». (Le Banquet de Platon). Une approche qui explique  le phénomène amoureux et la recherche perpétuelle de l’autre. De sa moitié. De celui ou de celle qui complètera l’être incomplet que nous sommes ou plutôt que nous pensons être…

Choyer son couple pour le faire durer

Les spécialistes du couple et de la relation sont tous d’accord sur ce point : un couple qui dure est un couple dont on s’occupe. Ce qui veut dire qu’au-delà de l’idée d’aimer l’autre, c’est le couple qu’il faut aimer. Nourrir la relation demande de l’attention et… de l’amour de soi ! Helen Fisher, anthropologue, chercheuse en comportement humain et auteure, entre autres, de « L’Anatomie de l’Amour » a mené une étude sur des personnes amoureuses. L’IRM a montré que plusieurs régions du cerveau réagissaient à la présentation d’une photo de l’être aimé, mais que l’une d’elles était particulièrement active : celle qui réagit à une injection de cocaïne ! « J’ai réalisé que l’amour n’est pas une émotion, mais un besoin. » Pour Helen Fisher, « s’il est une époque dans l’histoire de l’humanité où nous avons l’occasion de réussir nos mariages, c’est aujourd’hui. Bien sûr, il y a toujours des écueils. Les trois processus cérébraux : le désir, l’amour et l’attachement ne se combinent pas toujours parfaitement. C’est pour cela que les relations sexuelles occasionnelles ne sont pas toujours si désinvoltes. Au cours de l’orgasme, il y a un pic de dopamine. La dopamine étant associée à l’amour, vous avez des chances de tomber amoureuse d’une personne avec qui vous couchez occasionnellement. Avec l’orgasme, vous avez une montée d’ocytocine et de vasopressine, ces deux-là sont associés à l’attachement. C’est pour cela qu’on ressent parfois un sentiment d’union cosmique avec quelqu’un, après avoir fait l’amour. » Elle ajoute « L’amour est en nous. Il est profondément implanté dans notre cerveau. Notre défi, c’est de nous comprendre mutuellement. Je crois que le bonheur que nous trouvons, nous le fabriquons. Et je pense que nous pouvons tisser des bons liens entre nous. » Pour Alain Valtier, psychiatre, psychanalyste, psychothérapeute de couple et auteur de « La Solitude à Deux » (Odile Jacob) et de « l’Amour dans les Couples », un couple qui dure ne le doit pas à l’amour, mais au lien qui réunit deux personnes. « L’amour doit se transformer pour durer. Pour inventer un couple, il faut savoir vivre seul, éviter de projeter sur l’autre ses propres sentiments ».

Et le désir dans tout ça ?

Encore une histoire de liens, de relation, de connexion… En amour, nous attendons d’une seule personne ce qu’une communauté entière ne pourrait nous donner. Nous voulons à la fois la proximité et la fusion. L’intensité et le confort. La familiarité et la nouveauté. La prédictibilité et la surprise… Puis, lorsque la passion s’apaise, ce sont les habitudes qui prennent le pas. Or, le désir a besoin de nouveauté. Comme le feu a besoin d’air, le désir a besoin d’espace pour s’exprimer… Quand la routine s’installe, le désir s’éteint. On oublie de nourrir le quotidien de ces attentions qui faisaient la richesse de la relation et l’autre finit par faire partie du décor. Le désir disparaît à mesure qu’on ne se touche plus et nous éprouvons le besoin d’autre chose… Pour Esther Perel, psychothérapeute et auteure de « l’Intelligence Érotique » (pocket) et de « Mating in captivity » (l’Amour en captivité) la crise du désir est souvent une crise de l’imagination. « Je suis allée dans plus de vingt pays au cours des dernières années pour mes recherches pour “l’Amour en Captivité”, et j’ai demandé aux gens :  » à quel moment votre partenaire vous attire-t-il le plus ? » J’ai eu 3 groupes de réponses : 

  1.  » Quand elle/il est loin, quand on est séparés, quand on se retrouve »
  2.  » Quand elle/il est dans son élément, qu’il fait quelque chose qui la/le passionne, quand elle/il est le centre de l’attention »
  3.  » Quand je suis surpris.e, quand on rit ensemble, quand il y a de la nouveauté »

Les couples qui ont fait durer le désir savent qu’il y a un espace érotique qui appartient à chacun d’entre eux. Ils savent aussi que les préliminaires ne commencent pas cinq minutes avant l’acte sexuel lui-même, mais plus ou moins à la fin du précédent orgasme ! Ils savent qu’un espace érotique est un espace où on cesse d’être un bon citoyen responsable qui s’occupe de tout. Ils comprennent aussi que la passion a des hauts et des bas… » Aimer son couple, c’est aussi veiller à maintenir en vie le désir, l’admiration et la surprise. C’est se débarrasser de l’anxiété pour s’ouvrir au jeu, à la nouveauté (et je ne parle pas de sex toys !). Avoir une vie sexuelle épanouie, c’est avoir des relations de qualité. Avec soi d’abord, car il faut s’aimer pour s’ouvrir au plaisir.

A la recherche de l’âme sœur…

Claire Deprey, conseillère conjugale, 50 ans, fiancée à 19 et mariée à 20, considère le jour de son mariage comme sa 2ème date de naissance. Elle découvre que son couple lui offre un formidable espace de liberté pour s’exprimer. « Nous étions tous les 2 animés par le même désir : que notre couple s’inscrive dans la durée. Alors nous nous sommes attelés à ce que notre relation reste idéale. Nous sommes devenus co-responsable de notre bonheur et de notre relation. Mais rien n’est jamais acquis. La seule chose dont nous sommes sûrs, c’est que ces 30 années de vie commune auront été des années d’épanouissement personnel extraordinaire et j’espère que pendant les 50, 60 70 prochaines années nous allons continuer à apprendre à nous connaître pour mieux nous comprendre. Continuer toujours à mieux communiquer pour garder ce lien. Apprendre toujours à occuper la bonne place pour nous respecter ».

Les règles de vie mises en place par Claire Deprey :

1 – Apprendre à se connaître. Comment un homme et une femme qui vivent ensemble peuvent-ils se connaître et se comprendre s’ils ne partagent pas leur fragilité, leur force ? Au début d’une relation, on se parle, on se confie, on s’écoute. Aller à la rencontre l’un de l’autre permet de se libérer du poids de nos blessures. 2 – Apprendre à Communiquer. Nous vivons dans un monde d’hyper communication et pourtant les couples vivent un véritable déficit de communication. Quand il n’y a plus de partage, chacun vit l’un à côté de l’autre avec ses frustrations, ses questions, ses rancunes La communication se confond avec les jugements, les reproches, les exigences, alors qu’elle suppose une écoute active et mutuelle. 3 – Trouver la juste place dans son couple et sortir de la dépendance affective. Quels sont les rôles que vous vous êtes distribués inconsciemment ? Quelle est votre demande affective ? On s’installe parfois dans des rôles où nous ne sommes pas à l’aise. Dans une histoire de couple, il arrive qu’il y ait un dominant et un dominé. Il arrive aussi que l’on ait un tel besoin de reconnaissance et d’amour que l’on tombe dans la dépendance affective si le besoin n’est pas clarifié. Or, une demande affective insatiable envahi l’espace vital de l’autre.  

Vous avez aimé cet article ? Vous pensez qu’il pourrait aider un proche ? N’hésitez pas à partager. Laissez-moi vos commentaires : j’adore lire des retours et recevoir des suggestions !

Pourquoi se laisse-t-on manipuler ?

Pourquoi se laisse-t-on manipuler ?

Manipulateurs, harceleurs, violeurs et pervers narcissiques (PN pour les intimes) ont le vent en poupe. A en croire la presse et les réseaux sociaux, ‘’l’autre’’ (le mâle, surtout….) serait un prédateur potentiel, prêt à nous mettre sous sa coupe ou à nous violenter. Il est gentil et plein d’attentions ? Attention, c’est suspect ! Ou c’est un faible… Son niveau de testostérone est trop visible ? Vite, fuyons ! C’est sûrement une brute. Il a le regard ardent ? C’est un obsédé…
A vouloir scinder le monde en 2 catégories, les gentils d’un côté et les méchants de l’autre, nous prenons le risque de nuire aux relations que nous entretenons avec autrui. Or, pour exister, nous avons besoin d’entretenir des relations. Et c’est parce qu’il est vital pour nous d’avoir des relations avec les autres que cela comporte de forts enjeux et qu’il est nécessaire de comprendre les mécanismes de la manipulation.

Pour qu’il y ait un manipulateur, il faut un manipulé.

Nous sommes tous à la fois manipulateurs et manipulés. La majorité des manipulations ordinaires n’a pas de grandes conséquences. Si je me montre aimable avec ma gardienne d’immeuble pour entrer dans ses bonnes grâce, ou si je m’habille pour plaire à mon homme, cela ne fait pas de moi un être pervers et ma gardienne, de même que mon homme, se seront pas dupes de mon manège (mon homme pourrait même apprécier… :-)). Le danger apparaît lorsque ces manœuvres deviennent systématiques et se transforment en violences psychologiques. Sans aller chercher le pervers narcissique, il suffit d’observer autour de nous : conjoint, famille, collègues peuvent nous pourrir la vie au quotidien. Mais sommes-nous irréprochables ? Soyons clairs, dès lors que nous entrons dans la moquerie, la culpabilisation, l’interprétation, la ridiculisation ou le mensonge, nous entrons dans la manipulation. Et lorsque nous cédons à la provocation, nous acceptons le risque d’être manipulés.

Susan Forward, psychothérapeute américaine, auteur de ‘’Le Chantage Affectif’’, apparente certains manipulateurs à des ‘’maîtres chanteurs’’ qu’elle distingue en 4 types : le bourreau, qui menace de vous punir (« Si tu me quittes, tu ne verras plus les enfants ») ; le flagellant, qui retourne la menace contre lui-même (« Si tu me quittes, je me suicide ») ; le martyr ou l’éternelle victime, qui brandit sa souffrance (« Comment peux-tu faire cela à ta mère ? ») et le marchand de faux espoirs, qui vous fait miroiter un avenir prometteur si vous répondez à sa requête (« Si tu acceptes de monter cette affaire avec moi, tu gagneras énormément d’argent »).

Et pour peu que la formule face mouche, trouvant une résonnance dans notre vécu, nous acceptons de nous soumettre à la demande de l’autre.

Assoiffées d’amour et d’attention, nous voulons nous montrer sous notre meilleur jour et prouver que nous sommes dignes de l’intérêt que nous porte notre entourage.  Pour ce faire, nous adoptons des comportements qui répondent aux attentes de l’autre, mais qui ne reflètent pas toujours qui nous sommes en réalité.

 Se libérer de la culpabilité

Sans même nous en rendre compte, nous entrons dans le jeu de l’autre parce qu’il sera moins douloureux d’accepter un compromis que d’assumer pleinement une part de nous que nous voudrions cacher ou de revivre un événement déplaisant.

Capucine, 32 ans, fille unique culpabilisait de n’être pas la fille parfaite dont ‘’rêvait’’ sa mère. « Je me suis interdit de réussir parce que je voulais que ma mère m’aime » nous raconte-elle. « Quand mon père est parti, la laissant seule avec une gamine de 6 ans, elle a reporté sa colère et sa frustration sur tout le monde et sur moi en particulier parce que je lui rappelais mon père et son mariage raté. Petite, j’aurais fait n’importe quoi pour qu’elle me parle, me prenne dans ses bras, me trouve jolie… pour un regard ou un mot d’encouragement. Ca n’est jamais arrivé. Tout ce que je faisais était ‘’nul’’. Plus tard, ça a été pareil pour mon travail, ma façon de m’habiller, de parler, mes amis… tout… Si je me révoltais, elle menaçait de se laisser mourir, m’accusait d’être méchante, de ne pas l’aimer. On s’engueulait, je rentrais chez moi et je me sentais anéantie, égoïste, coupable… Et puis j’ai pris conscience que quoi que je fasse, ce serait toujours ‘’nul’’. Pour que le départ de mon père et ses échecs ne soient pas de ‘’sa faute’’, pour qu’elle puisse s’aimer un peu, il fallait que les autres soient comme elle… Alors je lui ai dit que je l’aimais, mais je ne voulais plus de ce type de relation. Que je ne répondrai plus à ses critiques et à ses tentatives d’humiliation. J’ai arrêté de jouer… Ca n’a pas été facile. J’ai vraiment pris sur moi, mais je l’ai fait ! Et même si nos relations ne sont pas géniales, au moins elles se sont apaisées et je vis ma vie sans tenir compte de ce qu’elle dit ou pense. Je m’autorise à être moi-même parce que j’ai enfin compris pourquoi je n’allais pas au bout de ce que j’entreprenais. Inconsciemment, je m’interdisais d’avoir ce que elle n’avait pas pu avoir… ».

Quand Capucine a compris qu’elle se laissait manipuler, elle a cessé de culpabiliser et a pu dire paisiblement ce qu’elle avait à dire et elle a pu reprendre sa vie en main.

Des jeux… pas si drôles

La plupart du temps, au lieu d’établir une véritable communication, de dire ce que nous ressentons et de baser nos propos sur des faits concrets, nous préférons les enrober dans ce qui nous paraît acceptable pour obtenir de l’autre de l’amour, de la reconnaissance, de l’attention, de l’aide…

Au lieu de dire « Je me sens seule et j’ai besoin d’attention. J’aimerais que l’on passe cette soirée ensemble », nous disons « Tu n’es jamais là ! Tu te fiches de ce que je suis ! ». Nous attaquons ou nous plaignons pour cacher notre vulnérabilité au lieu de dire nos besoins.

Selon le psychologue Stephen Karpman, nous jouons tour à tour 3 rôles principaux : la victime, le sauveur et le persécuteur. Or non seulement ces jeux finissent par nous épuiser, mais de plus ils sont le terrain préféré des manipulateurs !

Généralement, il (ou elle) commence par le rôle de sauveur. Il (ou elle) sera prévenant.e, attentionné.e, et fera de belles promesses. Puis il (ou elle) deviendra victime pour vous laisser le rôle du sauveur que vous jouerez à merveille (notre côté Saint Bernard…). Il (ou elle) deviendra ensuite votre persécuteur, à moins que vous n’endossiez vous-même ce rôle… Dans un cas comme dans l’autre, il y a toujours un perdant, voire deux…

Et n’oublions pas que nous aussi, nous jouons à ces jeux… Lorsque nous voulons « aider » l’autre sans qu’il n’ait rien demandé, parce que nous estimons qu’il a « besoin » d’aide. Ou lorsque nous nous comportons en victime : « je n’ai pas pu le faire parce que… » , « si j’avais eu des parents différents… », « si je vivais ailleurs… » sont autant d’arguments qui nous coupent de la responsabilité de nos vies. Quant aux innombrables « oui mais…« , ils ne font que renforcer des croyances qui rendent toutes initiatives de changement impossible.

Ces jeux pyschologiques ont été listé dans le livre « des Jeux et des Hommes » d’Eric Bernes, le père de l’analyse transactionnelle.

Ma vulnérabilité ? Une force ! Privilégier les relations authentiques

On le voit, pour ne plus se laisser manipuler et ne plus manipuler l’autre, il est nécessaire d’établir un nouveau type d’interaction et donc de se connaître soi-même. La vraie force, c’est d’accepter sa vulnérabilité et de renoncer à la fois à la toute puissance et à avoir raison à tout prix. Apprendre à s’aimer soi et s’accepter tel que l’on est.

Pour Jacques Salomé, psychosociologue « Ce n’est pas être faible ou fragile que de montrer sa vulnérabilité. C’est accepter le mouvement du laisser-aller, du lâcher-prise en soi. Le manque d’amour de soi a des conséquences directes sur nos relations avec autrui. Il se traduit par un manque de confiance, des doutes et de la méfiance, qui vont générer ou entretenir soit des relations à base d’appropriation et de possessivité, soit des relations de type persécuté-persécutant. Si je ne m’aime pas, je ne pourrai pas aimer, puisque je serai dans le besoin et l’exigence d’être aimé. » Il ajoute : « Je ne peux changer autrui, mais je peux toujours changer ma relation à lui. De même, je ne peux changer mon passé, mais je peux changer ma relation à mon passé et mon regard sur lui. Car si j’ai peu de prise ou d’influence sur ce qu’on a fait ou pas fait de moi, je suis bien responsable de ce que je fais avec ce qu’on a fait ou pas fait de moi »

Il s’agit de se libérer de nos peurs dont une des plus importantes est sans doute la peur du jugement et du regard de l’autre.

C’est la peur d’être manipulé qui nous rend méfiant et nous pousse à porter un masque. Oser être soi revient à privilégier les relations authentiques. Oser la vulnérabilité, c’est accepter la vulnérabilité de l’autre. S’aimer soi, c’est être en mesure d’aimer l’autre pour ce qu’il est.

Vous avez aimé cet article ? Vous pensez qu’il pourrait aider un proche ? N’hésitez pas à partager.

Laissez-moi vos commentaires : j’adore lire des retours et recevoir des suggestions !

J’ouvre les yeux et j’arrête de me soumettre et je reprends ma liberté

J’ouvre les yeux et j’arrête de me soumettre et je reprends ma liberté

Manipulateurs, harceleurs, pervers narcissiques… des mots qui reviennent de plus en plus souvent dans les conversations, l’actualité et sur les réseaux sociaux. Thème à la mode ou réel problème de société ?

Qu’il s’agisse de relation sociale, de publicité ou de politique, les manipulateurs sont partout, parfaitement intégrés à la société, et leurs techniques sont parfaitement rôdées.

Cependant, doit-on voir de la manipulation partout au risque de voir l’autre comme un prédateur potentiel ? La manipulation est-elle toujours négative ou peut-elle être bienveillante, partant d’une bonne intention ?

 

Au fait, c’est quoi la manipulation ?

D’après le Larousse, manipuler, c’est « l’action d’orienter la conduite de quelqu’un, d’un groupe dans le sens qu’on désire et sans qu’ils s’en rendent compte » ; et à l’origine du mot : manipulare, ou « conduire par la main ». Alors qu’est-ce que la manipulation ? Un truc bienveillant ou totalement pervers ? Et si la vérité était entre les deux ? Car où commence et où s’arrête la manipulation ? Utiliser les mots et les regards qui touchent l’autre pour convaincre, c’est déjà de la manipulation. Se parer de ses plus beaux atours pour séduire, c’est aussi de la manipulation et pourtant, dans les 2 cas, l’intention est louable. Persuasion, influence, diplomatie, éloquence, autorité, charisme, magnétisme, séduction, propagande, emprise, intox, conditionnement, bourrage de crâne… Les synonymes ne manquent pas. Ce que nous entendons ou interprétons est fonction de notre histoire et de nos expériences de vie. Sofia, jolie maghrébine de 32 ans née en France, ne supporte plus qu’on lui dicte sa conduite ou la moindre allusion à ses origines. « Toute ma vie j’ai fait ce que ma famille et la société attendaient de moi. Si je gagne de l’argent, je dois le donner à ma famille et quand je cherche du travail, je ne suis jamais la première sur la liste. A force d’entendre parler de mes ‘’devoirs’’ envers ma famille et ma communauté et de voir l’image dégradée des arabes, j’en étais arrivée à croire que j’étais inférieure aux autres. Que ce que je voyais n’était pas pour moi et que je ne pourrai pas réaliser mes rêves. J’ai eu du mal à m’affirmer, à me dire que j’avais le droit de gagner de l’argent en faisant un métier qui me plait, le droit de parler… J’ai fait un gros travail sur moi pour me débarrasser de ces croyances…  ». Car c’est bien de croyances dont il s’agit. Se croire incapable de réussir, se croire trop grosse, trop maigre, moche ou bête, croire que nous devons faire ou dire telle ou telle chose ou nous conduire de telle ou telle manière pour être aimée, croire que nous avons besoin de quelqu’un pour être heureuse, ne correspond pas à une réalité mais à une croyance et les manipulateurs jouent avec nos faiblesses pour obtenir ce qu’ils attendent.

Quand le prince charmant se transforme en crapaud…

A vouloir croire à l’existence du prince charmant et aux contes de fées il arrive que nous laissions la porte grande ouverte au grand méchant loup : le pervers narcissique. Celui qui nous enjôle (en-geôle ?), nous hypnotise et tisse sa toile jusqu’à nous soumettre à sa volonté et à ses caprices. Nous sentons bien que quelque chose cloche, mais nous refusons de le voir, persuadées que nous pouvons le changer et qu’il nous aime (d’ailleurs, il l’a dit…!). Aurélie, 50 ans, témoigne : « Frédéric a toujours été infidèle et je l’ai accepté. Par amour d’abord, puis pour les enfants et parce que je pensais qu’il finirait par changer. Et puis j’ai eu un cancer du sein. Trois jours avant l’opération, il est parti au milieu de la nuit, sans rien dire… J’ai découvert par la suite qu’il allait rejoindre une femme avec laquelle il avait une relation depuis 10 ans ! C’est là que j’ai pris la décision d’agir. Avec le recul, je dois bien admettre que même si le comportement de mon mari a été dégueulasse, c’est une relation que j’ai acceptée pendant des années… ! Il m’a menti et je voulais le croire… j’aurais du réagir plus tôt, avant de tomber malade. Mais j’ai fermé les yeux et je me suis menti à moi-même pour me persuader que je pouvais le changer… Il a fallu le choc de la maladie pour que je me réveille… » Pour Aurélie, le réveil a été rude, mais en définitive, elle n’a été victime ‘’que’’ d’une manipulation ordinaire… Un gros et long mensonge. Pour d’autres femmes, le chemin s’est avéré plus violent. Comme Mathilde, 32 ans, qui dit avoir subit un « lavage de cerveau » de la part de son mari. « Régis était parfait. Quand je l’ai rencontré, j’avais 19 ans et lui 23. Il m’écoutait, me soutenait, semblait me comprendre… Tout avec lui était simple et lui, il disait que je le tirais vers le haut, que je le réconciliais avec la vie, lui qui avait manqué d’affection pendant son enfance… Une petite voix en moi me disait que quelque chose n’allait pas… c’était trop parfait…mais j’ai préféré croire au conte de fée… Petit à petit, il est devenu injuste, méchant, puis violent et à chaque fois, il revenait vers moi, s’excusait, redevenait adorable. Je pensais que j’étais la seule coupable, que je n’étais pas à la hauteur… Comme il a éloigné mes amis, ma famille et je n’avais plus personne à qui parler et d’ailleurs, j’avais trop honte… Quand on sortait, il était tout plein d’attentions à mon égard mais il trouvait un moyen de me ridiculiser en public, l’air de rien… De retour à la maison, tous les prétextes étaient bons pour une scène… Les sorties étaient une source d’angoisse pour moi. Je ne savais plus ni comment m’habiller, ni comment me tenir, ni quoi dire. Les gens qui nous recevaient devaient avoir une image horrible de moi… »

Je me soumets, tu me soumets, je te soumets, nous nous soumettons… On arrête de jouer !

La manipulation fait partie de notre vie. Elle est étroitement liée à la communication et à la façon dont nous interagissons avec notre entourage. Je me soumets parfois par amour, parfois par la force et parfois inconsciemment.
La publicité qui me vend du café, un parfum ou une boisson énergisante en jouant avec mes émotions et mes valeurs (le voyage, l’énergie, l’action, le luxe, la beauté ou l’amour), me manipule. Le parent qui promet une récompense à son enfant pour l’amener à travailler ou à ranger sa chambre, le manipule.

En enrobant et en travestissant nos propos au lieu de dire les choses telles que nous les observons et telles que nous les ressentons, nous créons un scénario de manipulation.

Marie, 39 ans, confirme « Je me sentais frustrée. J’avais l’impression que mes envies et mes besoins ne comptaient pas… et puis j’ai pris conscience grâce à un séminaire de développement personnel, que je n’exprimais pas mes besoins ou que je les exprimais mal. Depuis, j’ai appris à mieux communiquer avec mon compagnon et ma famille. J’exprime simplement et clairement ce que je veux et non ce que je ne veux pas. Il nous arrive bien sûr de ne pas être d’accord mais ça donne lieu à une discussion et non à un conflit. A partir du moment où j’ai pu exprimer mes besoins, je n’ai plus ressenti de frustration ou de colère et je n’avais plus le sentiment de me soumettre à une décision injuste. Et comme j’écoutais aussi les besoins d’Adrien, il ne se sentait plus agressé ou manipulé. Ca nous a donné la possibilité d’échanger sur ce qui était important pour nous, ça nous a aussi rapproché ! » 

En arrêtant de « jouer », nous retrouvons notre parole et le pouvoir de dire « oui » ou « non ». Et lorsque nous disons « oui », il s’agit d’un vrai « oui » et non d’un « bon, d’accord ». En ne jouant plus, nous redevenons authentiques, allignés. Nous ne nous soumettons plus ni à nos propres croyances, ni à la volonté de l’autre.

Garde malade ou amante et complice ?

Un autre exemple ? Jean-Maurice est malade. Pas hyper malade ! Juste un peu malade. Vous voulez sortir, bouger, marcher. Vous êtes dans une belle énergie que vous avez envie de partager, car le couple, c’est surtout ça : un partage. Mais Jean-Maurice est malade. Bien sûr, il souffre. Et ça vous embête. Un peu par empathie et surtout par ennui, disons le. Car tous ces bobos vous ennuient. Mais vous êtes une fille bien élevée et on vous a appris le don de soi et l’abnégation. Alors vous oubliez vos envies et vous restez là, à écouter les plaintes de Jean-Maurice qui a l’air d’avoir 8,5 ans. Vous lui préparez une tisane, vous le chouchoutez et vous pensez que dehors, il fait beau… Vous ruminez la situation… vous pensez à tout ce que vous pourriez faire, auriez pu faire, n’avez pas fait… Et en fin de journée, vous vous sentez frustrée, voire en colère et tous les prétextes sont bons pour déclencher un conflit, car vous lui en voulez… Votre « oui » était un « bon, d’accord ».

Essayez dans ces cas là de dire ce que vous voulez, sans agressivité, sans colère. Et si Jean-Maurice a besoin de prendre soin de lui, qu’il le fasse… sans vous, puisque vous n’en avez pas envie. Et faites ce que vous voulez faire. Et lorsque vous rentrerez, partagez avec lui les plaisirs que vous avez vécus et nons les frustrations.

Redevenez la princesse que vous étiez, petite. Devenez une déesse et si ça se trouve, les bobos de Jean-Maurice disparaîtront comme par enchantement… 🙂

Cet article vous a plu (ou pas) ? Vous avez une expérience, ou un avis à partager ? Laissez-moi un commentaire…!

Et si vous pensez que cet article peut aider ou intéresser une personne que vous connaissez, n’hésitez pas à partager !

7 clefs pour sortir des relations toxiques

7 clefs pour sortir des relations toxiques

On parle beaucoup des relations toxiques avec les pervers narcissiques, mais qu’en est-il de la violence au quotidien ? Qu’en est-il de ces ‘’petits riens’’ qui finissent par prendre le pas sur la joie de vivre et réduisent à néant optimisme, envie et désir ? 

Qu’en est-il de la relation qui s’étiole avec le conjoint qui se plaint et refuse toutes les propositions, du collègue jaloux qui vous met des bâtons dans les roues, des réflexions perfides de la belle-mère et des insinuations douteuse de la voisine ? Autant de relations toxiques qui vous gâchent la vie… Il y a aussi le journal télévisé et ses catastrophes en tous genres, les émissions de téléréalité où l’on apprend à éliminer l’autre, ou encore les clichés de la publicité qui vous amènent à vous comparer… Aujourd’hui, vous êtes fatiguée, vous voulez reprendre votre vie en main et sortir des relations toxiques pour retrouver de la liberté, de la joie et du fun ? Bonne nouvelle : avec un peu de détermination, c’est possible !

Une danse à deux…

La relation tient dans la rencontre de deux inconscients qui vont se faire écho de manière positive ou nocive en fonction des personnalités des deux individus. Qui de la zone d’ombre et de la zone de lumière l’emportera sur l’autre ? Retenez que si l’autre vous manipule, c’est que vous êtes manipulable ! Trop souvent, on ‘’passe l’éponge’’ pour de plus ou moins bonnes raisons : ne pas blesser l’autre, ne pas ‘’jeter d’huile sur le feu’’, ou par lâcheté. Nous croyons que ‘’ce n’est pas si grave’’ jusqu’au moment où l’on n’en peut plus. Parler avant d’arriver au trop-plein permet de dire les choses calmement et d’évacuer frustration et ressentiment.

1 – Faites la part des choses

L’autre n’est pas nécessairement un psychopathe qui veut vous détruire et il convient de faire la part des choses entre l’ami temporellement envahissant qui vous transmet un mal-être, et la ‘’vraie’’ relation toxique. Ne mettez pas tout le monde dans le même panier et ne faites pas d’amalgames trop rapides

2 – Apprenez à repérer les pervers (narcissiques ou ordinaires…)

Le pervers est… un pervers (vrai pour les femmes aussi, n’y voyez aucun jugement à l’encontre des hommes, la perversion n’a pas de sexe) et il est difficile de le démasquer au premier contact. La relation toxique est insidieuse et on ne s’en rend pas compte immédiatement. Mais quand vous vous sentez anxieuse, renfermée, coupable, dévalorisée, privée de votre libre arbitre, c’est que la relation est néfaste et ne vous convient pas. Intuitivement, vous le savez, mais vous n’écoutez pas la petite voix qui vous souffle de laisser tomber. Ne vous obstinez pas : la petite voix, c’est votre intuition et elle sait mieux que votre mental ce qui est bon pour vous.

3 – Prenez conscience de ce qui se joue

Pourquoi ne pouvez-vous pas dire non ? De quoi avez-vous peur ? Ecoutez votre corps : il vous parle ! ‘’Ce qui ne s’exprime pas s’imprime’’ et les tensions, maladies ou allergies expriment ce que vous ressentez. Observez la situation et arrêtez de penser pour mieux ressentir. A quoi vous renvoie-t-elle ? Nous reproduisons fréquemment des schémas créés pendant notre enfance. Ceux hérités des comportement de nos parents que nous imitons inconsciemment, ou ceux que nous avons mis en place pour nous protéger parce qu’ils étaient nécessaires à ce moment. Prendre conscience de ce qui se joue permet de faire le tri entre ce qui nous appartient et ce que nous rejouons encore et encore.

4 – Acceptez et écoutez vos émotions

Elles ne sont jamais négatives ! Comparez émotions, douleurs et tensions aux voyants d’une voiture. Lorsque la petite lampe rouge s’allume et clignote, que faites-vous ? Attendez-vous l’accident ou la panne ou agissez-vous en conséquence avant qu’il ne soit trop tard ? Nous avons appris à étouffer nos émotions, souvent par peur. Elles nous agacent et arrivent parfois à des moments inopportuns ; s’il n’est pas utile d’en faire étalage en public, il faut néanmoins les prendre en compte car elles ont une utilité : elles nous permettent de nous adapter à une situation de vie :

  • La colère nous indique une limite à ne pas dépasser ou un besoin non satisfait,
  • La peur nous incite à nous protéger ou à éviter le danger,
  • La tristesse permet de prendre conscience qu’une page se tourne et de faire le deuil d’une situation,
  • La joie nous pousse à créer des liens avec d’autres pour écrire une nouvelle page. Elle stoppe aussi la libération de l’hormone du stress (le cortisol) et libère l’hormone du bonheur (la dopamine). 

5 – Refusez le jeu de la culpabilisation

Dans une relation toxique, et notamment avec les pervers, surtout n’entrez pas dans la culpabilisation. Au lieu de vous justifier, amenez la personne à prendre conscience de son propre comportement sans entrer dans des accusations et des agressions qui ne feraient qu’envenimer les choses : « C’est vrai, je ne suis pas parfaite. Et toi ? ». Faites des observations précises qu’il ne pourra pas nier : « Quand vous vous moquez d’Huguette en public, est-ce un comportement irréprochable et digne ? » ou « quand tu arrives à un rendez-vous avec 1 heure de retard sans me prévenir, dirais-tu que tu me respectes ? ». Restez ferme ; les personnes toxiques détestent être mises face à leur propre comportement. Ne leur donnez pas de prise sur vous. Elles ont aussi horreur d’être fuies ou évitées. Coupez toute forme de relations avec elles ou limitez les au stricte minimum s’il s’agit d’une relation professionnelle. Au passage, renoncez à vouloir sauver l’autre en étant disponible 24/24, en vous effaçant et en pensant que vous pouvez l’aider. Le pervers ordinaire est indifférent à l’autre et ne songe qu’à ses intérêts. Vous n’êtes pas en cause, même s’il ou elle l’affirme… !

6 – Apprenez à mieux communiquer

Apprenez à mieux communiquer de sorte à éviter toute forme de dérive et à ne pas l’alimenter. En exprimant vos accords et vos désaccords de manière ferme, sans vous laisser envahir, vous signifiez à l’autre que vous ne jouerez pas avec lui à ce jeu. Vous lui donnez aucune prise et il passera son chemin à la recherche d’une autre proie pour valoriser son égo. Notons ces 2 points fondamentaux de la communication tirés du ‘’Passeport pour la Santé’’ de Jacques Salomé :

  • Oser restituer les messages négatifs qui nous viennent parfois de l’autre, en se positionnant clairement, en trouvant la bonne distance ou même en renonçant à poursuivre des relations qui peuvent se révéler toxiques pour nous.
  • Oser refuser, c’est à dire prendre le risque de faire de la peine ou de décevoir, en se positionnant, en se confrontant par un non d’affirmation, face à une demande ou une invitation de l’autre, qui ne correspond pas à nos valeurs, à notre disponibilité ou qui touche à notre seuil de tolérance.

7 – Si ce n’est pas suffisant, fuyez et coupez les ponts 

Si malgré tout l’autre continue à vous harceler et que sa présence vous détruit, coupez les ponts, car le temps ne jouera pas en votre faveur, bien au contraire, il ne fera que renforcer des travers et des situations dont il sera de plus en plus difficile de sortir.  Vous ne changerez pas les autres. C’est donc à vous de changer la donne pour les amener à modifier leur comportement à votre égard. Et n’oubliez pas : si l’on n’est pas responsable de ce qui nous arrive, nous sommes 100% responsables de ce que nous en faisons. Vous n’avez qu’une vie et que c’est la vôtre, ne la gâchez pas !

Extrait de « passeport pour le bien-être » par Jacques Salomé

Le bien-être relève de notre responsabilité pleine et entière, en renonçant tout d’abord à la victimisation et à la mise en dépendance. Il appartient donc à chacun de se donner les moyens de se réconcilier avec le meilleur de ses possibles en acceptant de devenir un bon compagnon pour soi. Le bien être ne résulte pas d’une simple intention ou désir, il est sous tendu par plusieurs démarches qu’il me parait important de rappeler.

  • Développer la capacité à être présent au présent. Cela veut dire de ne pas se laisser envahir par son passé ou par les situations inachevées de son histoire. Cela veut dire aussi de ne pas fuir dans le futur soit en l’idéalisant soit en remettant à demain ce qu’il est possible de vivre aujourd’hui.
  • Accepter de s’aimer en cultivant respect, bienveillance et tendresse à l’égard des différentes composantes de sa personnalité et surtout de son corps. Ce faisant nous inscrivons en nous un ancrage de fiabilité et de confiance pour agrandir la vivance de notre vie.
  • Apprendre à découvrir et à cultiver la beauté partout où elle peut s’épanouir. Et déjà aller à sa rencontre en prenant le temps de la reconnaître dans ses manifestations les plus infimes. La beauté a de multiples visages et surtout une incroyable créativité pour se dire.
  • Se donner les moyens d’apprendre à mieux communiquer. Avec soi même et avec autrui.
  • Pouvoir s’appuyer sur des proches et des amis suffisamment stables et solides pour nous aider à résister aux péripéties et aux avatars de notre propre évolution.
  • Prendre soin de son corps et de sa santé. Avec une alimentation qui corresponde aux besoins de votre organisme et une hygiène de vie qui respecte votre rythme et vos ressources. Cultiver des temps de méditation, de centration et de plaisir à être.

Extrait du texte de Jacques Salomé: http://www.j-salome.com/relation-a-soi_meme.html

Vous avez aimé cet article ? Vous pensez qu’il pourrait aider un proche ? N’hésitez pas à partager.

Laissez-moi vos commentaires : j’adore lire des retours et recevoir des suggestions !

Cette fois, je change tout. C’est décidé, ça va marcher… !

Cette fois, je change tout. C’est décidé, ça va marcher… !

Vous arrive-t-il de penser que vous ratez tout ce que vous entreprenez ? Couple, famille, travail… Vous arrive-t-il de vous demander « mais qu’est-ce qui cloche avec moi ? » ou de vous dire « je n’ai pas de chance… c’est toujours sur moi que ça tombe… » ? La vie est faite de joies, de déceptions, de chagrins et de surprises. Comment faire pour que les moments agréables l’emportent sur les moments difficiles ?

Des moments difficiles ? Où ça ?

A trop rechercher la perfection et à vouloir faire de sa famille ou de son couple le stéréotype des clichés proposés par la publicité et le cinéma, on finit par passer à coté du bonheur. Accepter et aimer les imperfections aide à rendre la vie plus douce et plus facile.

Jessica, 32 ans, a frôlé la mort suite à une grave maladie « Quand je suis sortie de l’hôpital, j’ai revu toutes mes priorités, qu’elles soient amicales, professionnelles, amoureuses ou familiales… J’ai réalisé que je n’avais pas de temps à perdre. Que la vie était précieuse et fragile. Je ne perds plus de temps avec des obligations inutiles, j’ai appris à dire non et à ne plus faire semblant. J’ai appris aussi à relativiser… Ce qui me paraissait insupportable avant la maladie est aujourd’hui à peine une contrariété ».

Faut-il traverser des périodes douloureuses pour apprécier la vie ?

Si tu m’aimais, tu le saurais !

Les hommes et les femmes sont différents. Nous voulons être devinées, ils veulent de l’explicite. Aidons-les à nous satisfaire ! Apprenons à mieux communiquer les un-es avec les autres en formulant clairement nos besoins. Laurence, 28 ans partage son expérience : « Rémi n’est pas très démonstratif… Je pensais que je ne l’intéressais plus, j’avais peur qu’il me quitte, je lui faisais des scènes de jalousie et lui, il rentrait de plus en plus tard pour éviter les cris… Après un atelier de développement personnel sur le couple et j’ai mis en place ce que j’avais appris : Je lui ai dit comment je me sentais en vrai et quand il m’a dit que lui aussi était inquiet et se sentait mal…  que tout ce que j’avais imaginé était dans ma tête et pas dans la réalité, qu’il n’en pouvait plus de mes scènes et que j’étais en train de tout gâcher moi-même… »

Car oui, dire ce que l’on ressent et ce que l’on attend de l’autre permet soit de l’obtenir, soit de savoir si l’autre est en mesure de le donner ou pas, puis d’en tirer les conclusions. Trop souvent, nous nous gâchons l’existence en faisant des suppositions que nous ne vérifions pas auprès de la personne concernée. C’est vrai pour le couple et c’est vrai pour nos relations en général…!

La folie, c’est de refaire toujours la même chose et s’attendre à des résultats différents (Albert Einstein).

Pour Marie Andersen, psychologue clinicienne, auteure de ‘’L’Art de se gâcher la vie’’. « Il y a deux choses sur lesquelles on aimerait avoir plus d’action et sur lesquelles nos moyens sont limités. Ce sont les autres et la réalité objective. On s’escrime à vouloir changer l’autre parce qu’il constituerait un obstacle à notre bien-être et on s’évertue à changer les circonstances de la vie. Ce sont deux formes de résistance à nos désirs sur lesquelles on a peu de prise, malheureusement. »

A s’obstiner à vouloir changer les autres et les circonstances de la vie, nous allons vers de nombreuses déceptions. Alors pourquoi mettons-nous toujours en place les mêmes comportements ? Est-ce que dire « range ta chambre » un million de fois à son ado l’a amené à devenir ordonné ?

« Au bureau, je trouvais mes collaboratrice pas assez performantes » nous avoue Christelle, 37 ans, manager dans une société d’informatique « Je passais mon temps à leur dire comment faire les choses, j’étais dans le contrôle permanent et il m’arrivait même d’être désagréable en pensant que ça allait les faire réagir… Evidemment mes relations avec elles étaient tendues… Quand je rentrais chez moi le soir j’étais épuisée, je n’avais plus de temps pour ma famille et en plus mon service n’atteignait pas ses objectifs, ce qui me mettait en danger. Alors j’en rajoutais, et ça empirait… Puis j’ai changé ma façon d’être… j’ai mis en place une nouvelle organisation qui offre plus d’autonomie et de liberté et les choses se sont mises en place d’elles-mêmes. Nous avons atteint nos objectifs et quand je rentre chez moi, je suis disponible pour ma famille ! »

Et oui, plus de la même chose donne le même résultat…

La vie est un mouvement. Ce qui compte, c’est le chemin (Paolo Coelho)

Trop souvent, nous nous focalisons sur le but et nous oublions le chemin. Si nous n’atteignons pas l’objectif fixé, nous éprouvons de la frustration, de la tristesse ou de la colère. La vie est jalonnée de choix à faire, de décisions à prendre, de découvertes et de rencontres. Ce sont ces choix, ces décisions et ces rencontres qui nous construisent et nous forgent. C’est notre capacité d’apprentissage, d’adaptabilité et d’ouverture qui nous remplit.
« C’est au cours d’un voyage au Kenya que j’ai compris l’importance du chemin » nous raconte Estelle, 29 ans, bloggeuse « J’étais partie pour un trek sur le Kilimandjaro. Je me croyais prête parce que je fais du sport régulièrement. Mon objectif était le sommet. En fait, après quelques jours d’ascension, je n’en pouvais plus. Je voulais m’arrêter, j’étais prête à renoncer. Les autres avançaient et j’étais en arrière… Mon égo en prenait un coup ! C’est grâce à un guide que j’y suis arrivée. Patiemment, il m’a emmenée. Il me disait ‘’un pas après l’autre’’. Quand on est arrivés au sommet, il m’a dit ‘’tu es heureuse ? tu as réussi le chemin !  » . C’est là que j’ai compris que ma fierté, c’était d’avoir pu faire le chemin. A mon rythme, avec l’aide de quelqu’un, mais je l’ai fait et je n’ai pas renoncé… Ca a été une grande leçon de vie… ».

Vous voulez réussir ? Amorcer un changement ? Faites le premier pas…

9 conseils pour arrêter de s’auto-saboter

9 conseils pour arrêter de s’auto-saboter

Vous avez réalisé que vous répétiez (trop) souvent les mêmes schémas, que votre vie ne ressemblait ni à vos rêves d’enfant, ni à vos rêves d’adlescente et vous voulez changer la donne ?  Voici quelques conseils pour mettre votre aut-saboteur en mode veille… 

Il s’invite dans votre tête, tout plein de bonnes intentions, il murmure à votre oreille des mots que vous avez envie d’entendre « repose-toi, tu as besoin de te détendre » ou « ne force pas trop, ça ne sert à rien, tu vas t’épuiser et tu ne seras plus bonne à rien ». Puis, très rapidement, il se transforme en terroriste. Il vous met des bâtons dans les roues, vous entraîne vers de mauvaises pentes ou bloque vos choix avec une habileté déconcertante… Il a plusieurs visages, c’est votre auto-saboteur. Comment contrecarrer ses plans ?

1. Savoir qui vous êtes et ce que vous voulez vraiment

Connaître son important et son pourquoi, c’est le prérequis. Sans cette phase préalable, impossible d’aller de l’avant. Prenez du temps pour vous et soyez honnête avec vous-même : êtes-vous heureuse ? Si vous n’aviez aucun souci d’argent, aucun frein, aucune peur, que feriez-vous ?

Passez en revue vos 5 domaines de vies : Famille, Couple, Travail, Social, Développement personnel et faites ressortir le top 3. Quelles sont vos priorités ? Que pouvez-vous améliorer ?

2. Appréciez votre peur

« Tout ce que vous avez toujours voulu est de l’autre côté de la peur » George Addair

L’auto-sabotage est le reflet d’un manque de confiance en soi. En alimentant la peur ou en la confirmant, vous renforcez votre saboteur interne et vous vous conditionnez à l’échec… Prenez le contre-pied en vous donnant des objectifs précis et atteignables et gardez à l’esprit que si vous avez peur, c’est le signe que vous êtes sur le bon chemin. Vous vibrez, vous désirez, vous avez peur (d’échouer ?) et votre saboteur vous bloque. N’hésitez pas : foncez ! Si le sujet ne vous intéressait pas, vous ne vous poseriez même pas la question…

3. Place au concret ! Posez des actes !

Vous voulez un corps sculpté de top model ? Vous remettre en forme ? Changer de métier ? Apprendre une langue étrangère ? Jouer d’un instrument de musique ? Faites le premier pas. Personne ne devient champion olympique du jour au lendemain : il y a toujours une période d’apprentissage, suivie d’un entrainement régulier. Arrêtez les excuses et commencez par une petite action. Un pas chaque jour et vous progresserez. Et n’oubliez pas : il vaut mieux faire 1000 fois une chose que 1 fois mille choses…

4. Méditer pour chasser ses pensées

Apprenez à calmer le mental. Prenez 10 minutes pour vous (au début…) et concentrez-vous sur votre respiration. Observez vos pensées sans les nourrir. Ne les arrêtez pas. Si elles font mine de s’incruster, posez-les sur un nuage et poussez-les au loin. Vous devez faire du calme en vous pour accueillir d’autres choses sereinement. Pour remplir une tasse, il faut la vider au préalable. Il est difficile, en étant pleine d’irritation, de stress ou de peurs d’accueillir les aspects positifs de ce qui vous entoure. Faites de la place. De plus, la méditation aide à se concentrer, et vivre en pleine conscience permet d’apprécier ce que l’on fait, entend et voit à leur juste valeur.

5. Acceptez qu’il y ait un prix à payer

Oui, il y aura un prix à payer, parce que tout choix suppose de renoncer à une chose pour une autre. Soit vous prenez ce job super bien payé, mais un peu loin de chez vous et qui vous demandera un investissement personnel important, soit vous acceptez cette autre offre, près de chez vous avec peu d’heures de travail, moins rémunérée, mais qui vous laisse du temps pour vous.

Si vous voulez vivre l’aventure, vous devrez renoncer au confort. Pour créer une entreprise et avoir la liberté, il vous faudra travailler beaucoup. Avoir le beurre et l’argent du beurre est un mythe. Il n’y a pas de ‘’bons’’ ou de ‘’mauvais’’ choix et ce n’est ni ‘’bien’’, ni ‘’mal’’. Il n’y a que ce qui est bon pour vous au moment où vous en êtes.

6. Traitez-vous en première classe

Pour Hacen Jeaidi, coach de vie à Annecy : « se traiter en première classe, c’est s’aimer d’un amour inconditionnel, car s’il y a un domaine qui ne doit souffrir d’aucune condition, c’est l’amour de soi. On ne peut donner que ce que l’on a et on ne peut donner de l’amour que si on en a suffisamment pour soi. C’est ce qu’il y a au fond de moi qui entre en résonance avec ce que je reçois de l’extérieur, et c’est l’amour de soi qui permet d’apprécier pleinement l’amour que l’autre me donne. »

Se traiter en 1ère classe, c’est aussi savoir se pardonner. C’est prendre soin de soi. S’accorder autant de temps et d’attention qu’on en accorde aux autres et parfois savoir dire ‘’non’’ pour se préserver. « Aimer son prochain comme soi-même » suppose de s’aimer soi. Ca évite les conflits

7. Soyez bienveillante avec vous-même

Ne vous jugez pas ! Personne n’est à l’abri d’une erreur, d’un échec et il nous est arrivé à toutes de ne pas être fière d’une parole ou d’un acte. Pardonnez-vous comme vous pardonnez aux autres d’avoir eu une parole malheureuse et ne vous attardez pas sur la question. Cessez de vous en vouloir et d’avoir à votre égard des paroles ou des pensées comme ‘’je suis vraiment trop nulle ! ’’, ‘’je suis grosse (ou maigre)’’, ‘’Je n’ai aucune mémoire ! ’’, ‘’c’est pas pour moi’’, ou tout autre parole de ce style. Est-ce que vous vous adresseriez à quelqu’un en disant cela ? Probablement pas, alors pourquoi vous adressez-vous à vous même avec autant de sévérité ?

8. Ecoutez votre enfant intérieur

Nous vivons avec nos souvenirs d’enfance et nous portons en nous l’enfant que nous avons été. Il vous est certainement arrivé de réagir de façon fortement émotionnelle à une situation banale ? Par exemple avoir peur du noir, croire aux fantômes ou pleurer sur un film triste ? C’est l’enfant qui réagit… Car l’adulte que vous êtes sait que rien de se cache sous son lit et que le film est une fiction. Peut-être avez-vous réagi de manière disproportionnée à une réflexion que l’on vous a faite ? Là encore, c’est la voix de l’enfant qui parle et non vous. Cet enfant a besoin d’être écoutée. Ne montez pas dans les tours en accusant l’autre, mais posez-vous un instant avec vous-même et demandez-vous à quoi la situation vous renvoie. Bien sûr il est naturel d’éprouver des émotions. C’est lorsqu’elles prennent des proportions sans rapport avec l’événement qu’il faut s’inquiéter et non à chaque ressenti…

9. Eprouvez de l’enthousiasme et retrouvez votre âme d’enfant

Souvenez-vous lorsque vous étiez enfant : courir dans les flaques, attraper des flocons avec la langue, chanter à tue tête, courir, crier… rien ne vous faisait peur et tout était prétexte à des jeux. Laissez-vous porter par ce qui est beau et agréable. Soyez enthousiaste même s’il neige (chouette des flocons !) ou s’il pleut (cool un arc-en-ciel !). Souriez et dites merci. C’est prouvé : lorsque nous sourions, notre cerveau enregistre que tout va bien et que nous éprouvons de la joie. Dès lors l’auto-saboteur se met au repos et nous laisse quelques instants de répit.


Citations inspirantes

  • Vise la réussite, pas la perfection. N’abandonne jamais ton droit à l’erreur, parce que tu vas perdre la capacité d’apprendre de nouvelles choses et d’aller de l’avant avec ta vie. Rappelle-toi que la peur se cache toujours derrière le perfectionnisme – David M. Burns
  • La réussite est l’accumulation d’échecs, d’erreurs, de faux départs, de confusion et la volonté de continuer malgré tout – Nick Gleason
  • Il y a au fond de vous de multiples petites étincelles de potentialités : elles ne demandent qu’un souffle pour s’enflammer en de magnifiques réussites – Wilferd Peterson
  • Le pardon signifie aimer la personne que tu étais. L’estime de soi signifie aimer la personne que tu es. La confiance signifie aimer la personne que tu deviens – Doe Zantamata
  • J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité à la vaincre – Nelson Mandela
  • Travaillez comme si vous n’aviez pas besoin d’argent, aimez comme si vous n’aviez jamais souffert et dansez comme si personne ne vous regardait – Mark Twain
  • Le succès n’est pas à propos du résultat, mais de ce qu’on a appris sur le chemin – Vera Wang
  • J’accepte la grande aventure d’être moi – Simone de Beauvoir
  • Lorsque tu sous-estimes ce que tu fais, le monde sous-estime qui tu es – Oprah Winfrey
  • La plus grande découverte de tous les temps, c’est qu’une personne peut changer son avenir en changeant simplement son comportement – Oprah Winfrey
  • Sois reconnaissant de ce que tu as ; tu en auras plus. Si tu te concentres sur ce que tu n’as pas, tu n’en auras jamais assez – Oprah Winfrey
  • Aie le courage de suivre ton cœur et ton intuition. Ils savent ce que tu veux réellement devenir. Le reste est secondaire – Steve Jobs

Lire aussi : Pourquoi suis-je mon pire ennemi ? 

Si vous avez aimé cet article, laissez-moi un commentaire. Et si vous pensez qu’il pourrrait aider quelqu’un que vous connaissez, n’hésitez pas à le partager !

Que savez-vous de vos valeurs phares ? 

 

Vous ressentez souvent de la colère et de la frustration. Il vous arrive aussi d'éprouver comme un sentiment de honte et de culpabilité. Vous êtes fatigué au travail etvousy allez avec la boule au ventre...

vous avez l'impression d'être différent, que le monde dans lequel vous vivez n'est pas le vôtre... 

 

Peut-être vivez-vous un conflit de valeurs et vous êtes dans la souffrance éthique.

N'attendez pas le burnout ou la dépression profonde. Sortez de l'anxiété en identifiant clairement vos valeurs phares et voyez si elles concordent avec celles de votre entourage, privé ou professionnel.

En vivant en accord avec vos valeurs, vous retrouverez la sérénité, la paix de l'esprit, le sourire ; vous éprouverez à nouveau ce plaisir que vous aviez, il y a quelques années lorsque vous avez décroché ce job de rêve

Téléchargez GRATUITEMENT le livret des valeurs

 

Bravo ! Consultez votre boite mail pour recevoir votre cadeau !