Et si on prenait le temps de vivre ? (4/4)

Et si on prenait le temps de vivre ? (4/4)

10 clefs pour avoir du temps pour soi

 » On remet sa vie à plus tard, et pendant ce temps, elle s’en va « . Sénèque le disait déjà en son temps. Et aujourd’hui, dans un monde où la performance est de rigueur, nous sommes amenées à exécuter plusieurs tâches simultanément, que ce soit à la maison ou au bureau. Nous pensons que  » demain « , nous aurons le temps… mais  » demain  » n’arrive jamais. Comment faire pour concilier performance et bien-être en prenant le temps de vivre ?

1 – Prendre le temps de hiérarchiser les tâches
Contrairement à ce que l’on imagine, se jeter à corps perdu dans les tâches ne permet pas d’avancer plus vite. Car chaque tâche appartient à une catégorie : Urgente, importante ou prioritaire. Réfléchir, poser les choses, trier les priorités permet de réaliser ce qui est à faire et de délaisser ce qui peut attendre.
Posez-vous la question : Quelles sont les conséquences si vous faites ou ne faites pas quelque chose ? Par exemple, si vous décidez de pas passer votre permis de conduire, quelles en seront les conséquences dans 1 semaine, dans 1 an et dans 3 ans ? La réponse peut être très différente d’une personne à l’autre, en fonction de son lieu d’habitation (ville ou campagne), de ses revenus (prendre un chauffeur) ou de toute autre raison. Il n’y a donc ni bonne, ni mauvaise réponse, seuls les effets de la décision sont à prendre en compte. Si vous passez l’aspirateur demain plutôt qu’aujourd’hui quel seront les effets à long terme de cette désastreuse décision ?

2 – Faire une chose à fois
Lorsque l’on se sent sous pression, on veut tout faire en même avec l’impression que le mode multitâche nous aidera. Rien de plus faux ! En passant d’un sujet à l’autre ; nous perdons des informations. Il vous est sans doute déjà arrivé de commencer une tâche, puis de passer à une autre parce que le téléphone sonne ou qu’un mail arrive qui vous amène à démarrer une nouvelle activité que vous débutez sans avoir terminé la précédente… Arrive la fin de la journée, vous fermez les fenêtres de votre ordinateur et vous constatez que plusieurs tâches ont été laissées en plan…

Exercice :

  • Prenez une feuille de papier, un stylo et un chronomètre.
  • Notez à la suite, les chiffres de 1 à 26, suivi de l’alphabet, de A à Z.
  • Combien de temps vous a-t-il fallu ?
  • Recommencez, en alternant un chiffre, une lettre, un chiffre, une lettre : « 1, A, 2, B… »
  • Comparez ce temps avec le premier.

3 – Se vider la tête et prendre du recul…
Faire une chose à la fois, en étant pleinement concentrées sur ce que l’on fait permet de se dégager des  » tâches de fond « . Vous savez, cette petite voix qui égrène la liste de ce que vous n’avez pas fait ou qui vous réveille en pleine nuit parce que vous avez  » oublié  » quelque chose… Notez ce que vous avez à faire sur une liste, puis passez à autre chose. Cela vous permettra d’être pleinement dans ce que vous faites sans penser à ce que vous pourriez avoir oublié. Après une bonne nuit de sommeil, reprenez votre liste et voyez ce qui vous semble toujours important.
Pour se vider la tête, il existe aussi toute une série de solutions : marcher, faire la cuisine, jouer avec les enfants, lire, ou même ne rien faire et rêver ! Penser ne fait qu’entretenir la course du petit hamster que nous avons dans la tête.
En prenant du recul et en observant nos pensées, nous prenons de la hauteur par rapport à nos ruminations et nous nous rendons compte que ce qui nous paraît fondamental ne l’est peut-être pas tant que ça !
Prenez le temps de vous reconnecter avec vous-même. Lorsque nous sommes constamment dans le  » faire « , nous nous éloignons de ce qui est important.

4 – Trier l’information
Dans un monde hyper connecté, nous sommes soumis à une masse d’information exponentielle que nous ne sommes pas toujours en mesure de traiter, et nous nous mettons nous-mêmes une pression excessive pour nous contraindre à l’absorber.

5 – Lâcher prise, savourer chaque instant
Cessez de vouloir tout contrôler, c’est impossible, la vie est faite d’imprévus. Nous sommes parfois submergés par l’objectif quand nous devrions prendre le temps d’apprécier le chemin qui y mène.
« Pour innover, il faut se creuser le cerveau ». Parfois, mais pas toujours…. Votre créativité s’anime lorsque vous alternez temps de réflexion et temps de lâcher-prise. C’est souvent au moment où vous ne vous y attendez pas (sous la douche ou en faisant ses courses), qu’arrivent vos meilleures idées. Lorsque vous butez sur un problème, ne vous acharnez pas. Laissez reposer. Votre cerveau continuera à chercher. Mais lorsque l’idée arrive, notez là ! La zone du cerveau qui a des idées n’est pas celle qui la mémorise…

6 – Respecter son temps de sommeil
Pour être actif et performant, il faut bien dormir, n’en déplaise aux fanatiques. Et à chacun son temps de sommeil et son chronotype. A court terme, le manque de sommeil impacte la qualité de vie et le comportement : baisse de la concentration, émotivité exacerbée. A long terme, le manque de sommeil influe sur la santé.  » Non seulement le sommeil est essentiel à notre santé physique globale, à notre santé mentale et à notre bien-être général, mais il améliore notre rendement au travail « , note Arianna Huffington, auteure de plusieurs livres dont The Sleep Revolution (La révolution du sommeil).

7 – Apprendre à dire non…
 » Le bonheur, c’est de savoir ce que l’on veut et de le vouloir passionnément «  (Mime Marceau). Vous êtes régulièrement sollicitée parce que vous ne savez pas dire non. Votre famille fait appel à vous en permanence, au bureau, les heures sup’ sont pour vous et les copines vous appellent pour s’épancher alors que vous rêvez d’un verre de vin et d’un bain parfumé. Ça vous fait râler parce que vous n’en pouvez plus, mais vous acceptez de peur qu’on ne vous aime plus ou parce que votre éducation vous a appris à tout accepter. Pire ! Il arrive que vous vous proposiez sans qu’on ne vous ait rien demandé… Une proposition que vous regrettez amèrement par la suite…
Faire preuve d’assertivité, c’est se préserver. Et si certains s’en trouvent contrariés, dites-vous qu’on ne peut pas plaire à tout le monde et ce n’est pas en acceptant tout et n’importe quoi qu’on vous aimera davantage, bien au contraire. On vous respectera pour votre personnalité et votre capacité à dire ce que vous voulez.

8 – Accepter l’imperfection
Et les échecs. Ce sont les échecs qui nous font grandir. Prenons-les sous un angle positif : qu’est-ce que j’apprends de cette situation, comment m’améliorer, quoi changer ? Au lieu de nous mettre martel en tête et de nous reprocher l’échec, cherchons ce que nous pourrions modifier. C’est ainsi que nous passerons à l’action et non en craignant une éventuelle  » erreur « . L’erreur est naturelle. Lorsque nous apprenons quelque chose de nouveau (conduire, skier, danser, chanter…) nous y sommes forcément confrontées. La refuser revient à refuser d’apprendre, d’avancer et… de vivre ! Vous  » n’êtes  » pas vos réussites et vos échecs

9 – Sourire et dire merci plusieurs fois par jour
Oui, ça peut vous paraître étrange… Comment le fait de sourire et de dire merci va me donner plus de temps, me direz-vous ? Sourire change l’état d’esprit. Si vous souriez, votre cerveau analyse que vous êtes joyeux. Et si vous dites merci, il comprend  » gratitude « . Il va donc sécréter des endorphines qui provoqueront une sensation de relaxation et de bien-être. A consommer sans modération !

Pour en savoir plus…

  • Tout s’accélère, Gilles Vernet, Editions Eyrolles
  • Domptez votre emploi du temps, Slavica Bogdanov, Jouvence
  • 100 petites astuces pour mieux gérer son temps, Olivier Luke Delorie, Les Editions de l’Homme
  • Moins mais mieux, Stéphanie Assante, Dangles Editions

Les idées reçues

Les femmes sont multitâches : FAUX
Les femmes, pas plus que les hommes ne sont multitâches. Au mieux, notre cerveau nous permet de réaliser 2 tâches simultanément à la condition d’être passés par un apprentissage répétitif, et que les fonctions utilisées ne soient pas en compétition, comme par exemple, marcher et parler en même temps. Si plusieurs zones sont activées, le cerveau passera d’une tâche à l’autre en 0,1 seconde (100 millisecondes).

On apprend en dormant : VRAI
« Avant, on pensait que le cerveau endormi était isolé et que l’information sensorielle était bloquée », explique Thomas Andrillon, un des auteurs d’une étude sur le sujet et chercheur au CNRS « L’idée d’apprendre en dormant était donc perçue comme un mythe. Mais d’autres études ont démontré que le cerveau était capable de traiter des informations extérieures pendant le sommeil. Ça a relancé le débat ».

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt : FAUX
Peut-être vrai pour Benjamin Franklin à qui on doit cette citation, mais pas pour tout le monde. D’après le cardiologue Martin Juneau et l’Association Américain des maladies du cœur, c’est le nombre d’heures de sommeil qui compte et non l’heure du coucher ou du lever.

On est plus performant à 30 ans qu’à 50 ans : FAUX
Si nous l’utilisons, notre cerveau fabrique des connexions neuronales tout au long de sa vie. Seules les connexions inutilisées s’éteindront, mais la bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de les réactiver ! Les jeunes sont parfois plus rapides, mais les seniors ont créé des raccourcis au fil de leur vie qui peur permettent de trouver rapidement l’information. La performance est donc la même.

Vous avez aimé cet article ? Vous pensez qu’il pourrait aider un proche ? N’hésitez pas à partager.

Laissez-moi vos commentaires : j’adore lire des retours et recevoir des suggestions !

Et si on prenait le temps de vivre ? (3/4)

Et si on prenait le temps de vivre ? (3/4)

Cyndy Ghis, de petite fille modèle à femme (im)parfaite…

Cindy Ghys

Conférencière, auteure et coach en développement personnel, Cindy Ghys fait partie de ces femmes qui ont longtemps visé la perfection. Petite fille modèle, bonne élève, femme idéale… Elle nous livre son parcours, et comment le lâcher prise sur la perfection lui a apporté plus de liberté.

C’est quoi être parfaite ?

On croit pouvoir être parfaite, alors que sa vie est un chantier… On a des to-do-lists à rallonge et on a besoin de cocher des choses dans notre tête ou sur un post-it. On ne se contente pas de 2 ou 3 points. On a généralement au moins 20 points et si on n’a pas tout coché, c’est qu’on n’est pas à la hauteur et qu’on est une mauvaise personne.

Quel est le parcours qui t’a amenée à renoncer à la perfection ?

Toute petite, je cherchais déjà la perfection. Je n’ai jamais accepté les ratés. Par exemple, j’ai remporté le premier concours national de piano avec les félicitations du jury à 4 ans. Je faisais 1 heure de piano chaque jour et je cherchais à ce qu’il n’y a aucune fausse note. Mes collants étaient toujours blancs, jamais sales… La première fois que je me suis assise sur un trottoir dans un élan de rébellion, j’avais 15 ans !
J’avais envie d’être plus qu’à la hauteur. D’être une première de la classe. Mais en fait, ça cachait la peur de ne pas être aimée et de décevoir.
Et plus les années ont passé et plus l’exigence est devenue forte jusqu’à ce que je devienne maman, parce que là, c’est juste impossible de faire semblant. Tout à coup, la maison est en chantier, la panière de linge déborde, je me prends la tête avec mon conjoint parce qu’on est fatigués et qu’on n’a plus de temps de qualité ensemble, et là tout m’échappe… Je me dis qu’il y a un sérieux problème. Que ça ne peut pas être la vraie vie… Je me suis retrouvée épuisée, il fallait que je change de stratégie.

Ça doit être difficile modèle de bousculer tous ses repères et d’accepter le  » chaos  » !

Au départ, j’ai résisté… Mais j’étais devenue une femme que je ne reconnaissais pas. Je criais pour un rien, je disais des gros mots, je claquais des portes… et je ne voulais pas devenir ce genre de femme ! Je luttais pour que tout soit parfait, et je luttais contre moi-même, contre la vraie vie… Et le déclic est venu à la naissance de ma deuxième fille qui est née 18 mois après la première. Autant dire que j’ai résisté un moment ! J’avais l’impression que les autres mamans y arrivaient mieux, que pour les autres femmes c’était plus facile, alors je me disais et que je devais faire un effort ; si les autres y arrivent, alors moi aussi ! Mais avec l’arrivée de ma deuxième fille, ce n’était plus possible. Il fallait que je trouve une solution… je sentais que je n’avais plus les ressources pour y arriver toute seule.
Je me suis fait coachée par Florence Leroy, l’auteure de  » J’arrête de râler sur mes enfants et sur mon conjoint « , ce qui était exactement la situation dans laquelle je me trouvais ! Pour la première fois, quelqu’un m’a fait réagir…  » Vous voulez que tout soit parfait, mais pourquoi ? Une coquillette qui tombe, ce n’est pas si grave… « . Et là, il y a quelque chose se réveille en moi. Je donne souvent cette image où j’ai l’impression de sortir d’un cercueil, en tout cas de mon enfermement… Comme si je m’étais interdit de vivre et que maintenant, j’allais vivre dans la vraie vie, parce que c’est la mienne et que je n’en ai pas d’autre. Ce ne sera pas parfait, mais je vais profiter.

Le changement est parfois douloureux…

Pour moi, ça l’a été… Il a fallu que j’arrive à presque 30 ans pour avoir cette prise de conscience et pendant tout ce temps-là, il y a la souffrance de se dire  » je ne suis pas à la hauteur, je ne suis pas comme les autres, je devrais faire plus  » en me sentant coupable du  » peut mieux faire « . A l’époque, mes meilleurs potes, c’était Honte et Culpabilité… ! Je me couchais avec ça tous les soirs et je me levais avec… Je cherchais la perfection pour être aimée. Puis je me suis rendu compte que c’était moins douloureux de prendre le risque d’être rejetée en étant soi-même, que de faire autant d’efforts pour ne pas plaire à tout le monde et forcément vivre le rejet… Finalement, c’était moins douloureux d’être moi-même que de porter le masque social de la femme parfaite qui en fait n’existe pas…

Est-ce que le fait d’accepter ses imperfections modifie la relation aux autres ?

Complètement ! Parce que la pression que l’on se met à soi, c’est une pression que l’on met sur les autres aussi ; et c’est difficile pour les autres d’aimer quelqu’un qui veut que tout soit parfait parce qu’ils se sentent obligés de l’être aussi ! La pression est reportée sur les autres… On dit souvent qu’on ne peut pas changer les autres, qu’il faut commencer par se changer soi et c’est vraiment ça ! Depuis que je suis plus cool avec moi-même, les gens qui me disent  » ça fait du bien de te voir parce qu’on ne se prend pas la tête, tu ne nous juges pas « . Me libérer moi, ça a libéré mon entourage…

On est donc plus aimé en étant soi-même…

Oui, et de toute façon, il y aura toujours des gens qui ne m’apprécieront pas parce que nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde, mais ce sont des choses normales de la vie qui n’ont aucun rapport avec le fait d’être parfait ou pas…

Est-ce que l’on gagne du temps pour soi en renonçant à la perfection ?

Énormément ! Parce que quand on arrête de se prendre la tête avec les petits tracas du quotidien comme une panne de chauffe-eau, ou une réparation de voiture, on profite beaucoup mieux de la vie !
Typiquement, j’ai une cliente qui me dit qu’elle n’a pas de temps pour elle, que les week-end s’enchainent vont trop vite,  » Je travaille toute la semaine et je me dis que je vais pouvoir profiter du week-end pour faire ce que j’ai à faire, et le dimanche soir arrive, je n’ai rien fait, je suis déçue de moi « . Je lui demande donc ce qu’elle fait le week-end, pourquoi elle a tant de choses à faire. Et en fait, elle accepte toutes les invitations. Soit chez elle, soit chez ses amis. Pour elle,  » on ne peut pas dire non aux gens, ça ne se fait pas « . Pour ce qui me concerne, j’ai appris à dire non de temps en temps pour avoir du temps pour moi, pour écrire des livres. Il faut accepter que parfois, on va décevoir des gens. Un autre exemple est cette femme qui faisait le ménage tous les jours : aspirateur, serpillère, poussière, calcaire ! (rires)… Évidemment, elle n’avait plus de temps pour elle !

Tu dois rencontrer des personnes qui sont dans le « oui mais » ?

Sans arrêt !  » Ce n’est pas le bon moment « ,  » Moi c’est pas pareil « … Il m’est déjà arrivé de dire à des clientes  » Oui mais est-ce que tu veux vraiment que ça change ? Parce que si tu as toujours un  »oui mais », on ne va pas aller plus loin ensemble ! « . Il faut à un moment lâcher ses  » oui mais  » parce que ça revient à lâcher ses craintes… Les  » oui mais  » cachent la peur que ça puisse ne pas marcher, que ce soit pas parfait… Il faut un peu d’audace, se demander ce que l’on veut vraiment, ce qu’on va perdre et s’interroger sur le pire qui puisse nous arriver… Et très souvent, on constate qu’on est OK avec le pire. Alors pourquoi ne pas le tenter ?
Le monde n’a pas besoin de femmes parfaites… Ce n’est pas inspirant une femme parfaite… au contraire… En revanche, une femme qui ose, qui va monter sa part de vulnérabilité et qui va rebondir, ça c’est inspirant. Ça donne envie parce qu’on se retrouve en elle.

Tu parles de  » moments de célébrations pour visualiser les progrès « 

Quand on est dans la perfection, on n’est jamais satisfait, et on n’est pas capable de dire  » oui, ça c’est bien, j’ai bien travaillé, j’ai bien cuisiné, je peux être contente de moi « . Lâcher le perfectionnisme, c’est se dire  » Ok, ça, c’était bien. Ce n’est pas parfait, mais c’est bien « . C’est super important de viser la progression et non pas la perfection. C’est comme un escalier qu’on gravit, marche par marche. Se réjouir d’être là où on est, en-dessous de la marche suivante, mais au-dessus de la précédente, même si on est ambitieuse.

Un mot à propos de l’Académie des Audacieuses ?

C’est une formation en ligne. Tous les jours, il y a une action à faire, comme aller dans une boulangerie et changer d’avis plusieurs fois sur ce que l’on veut. Les femmes qui font cet exercice se rendent compte qu’en définitive, elles ne risquent rien et qu’elles peuvent tenter des choses. Lorsqu’on veut que tout soit parfait, on ne tente plus rien, et on prend le risque de rester dans une vie étriquée puisqu’on refuse le risque d’échouer. En tentant, on prend le risque que ça marche. De toute façon, on va être jugée, déplaire, il y a des gens qui vont râler… En faisant de son mieux, qu’est-ce qu’on peut tenter ? Ça s’adapte aussi au monde de l’entreprise : dire à son patron ce qu’elle n’a jamais osé dire, prendre la parole en réunion…

Cliquer ici pour le site et le blog

Cliquer là pour L’Académie des Audacieuse

Vous avez aimé cet article ? Vous pensez qu’il pourrait aider un proche ? N’hésitez pas à partager.

Laissez-moi vos commentaires : j’adore lire des retours et recevoir des suggestions !

Et si on prenait le temps de vivre ? (2/4)

Et si on prenait le temps de vivre ? (2/4)

On lâche du lest : vive l’imperfection !

Toujours plus, toujours plus vite. Top productivité, top efficacité. Nous n’osons plus avouer nos failles et nos vulnérabilités, trop souvent prises pour de la faiblesse. Comment, dans un monde hyper réactif, hyper connecté, hyper rapide, retrouver ses bases ?

Quand la perfection devient un culte, comment être simplement soi-même et heureuse de l’être ? Des cuisses en béton, des fessiers rebondis, des abdo bien dessinés, des seins parfaits, un visage bien lisse. Un cerveau en bon état de marche, le sens de l’humour. Pas de fatigue, pas d’état d’âme. Concilier le travail (elle déchire !) et la vie de famille (trop cool !). Faire la cuisine comme un chef étoilé en parlant politique. Être un mélange de Lara Croft et de Blanche-Neige, de Brigitte Lahaie et de sœur Teresa…

Nous courons inlassablement à la recherche d’un idéal sans même nous rendre compte que nous ne faisons que tourner en rond, de plus en plus vite, et sans jamais nous extraire de l’engrenage, car nous ne regardons que devant nous quand l’issue est peut-être sur le côté. Et plus la roue tourne vite, plus il semble difficile d’en sortir et nous poursuivons notre course folle…

Se réconcilier avec le temps

Pour accomplir toutes les tâches que nous nous fixons, il nous faudrait des heures, des jours, voire des années de plus. Et il n’est même pas certain que nous ne cherchions pas à remplir ces heures supplémentaires… Nous disons  » je n’ai pas le temps  » ou  » gagner / perdre du temps « ,  » courir après le temps « … Or, nous n’avons aucune prise sur le temps. Le temps passe avec ou sans nous… Il peut être ami ou ennemi et nous le vivons différemment en fonction de l’événement. Une soirée entre amis ou remplir une déclaration d’impôts. Un dîner romantique ou une réunion de bureau…

Laura Vanderkam

 » On ne construit pas la vie que l’on veut en gagnant du temps. On construit la vie que l’on veut et puis le temps s’économise lui-même. » affirme Laura Vanderkam, conférencière et auteure de plusieurs ouvrages sur le temps.  » Une des femmes dont j’ai étudié l’organisation découvre que son chauffe-eau cassé en rentrant chez elle. Il y a de l’eau partout dans son sous-sol et elle s’occupe donc des dégâts le soir même. Le lendemain, les plombiers arrivent et le jour suivant, une équipe de nettoyage. Ça a pris sept heures de sa semaine. Sept heures ! Pourtant si on lui avait demandé en début de semaine : « Trouverez-vous 7 heures pour vous entraîner pour un triathlon ? » Elle aurait dit qu’elle était trop occupée…  Ça nous montre que le temps est très élastique. On ne peut pas fabriquer du temps en plus, mais le temps s’étire pour accueillir ce que l’on choisit d’y mettre. « 
Donc, la clé pour la gestion du temps est de traiter nos priorités comme l’équivalent de ce chauffe-eau cassé.

Pour le démontrer, Laura Vanderkam, prend l’exemple d’une femme qu’elle a interviewée. Avec une entreprise de 12 salariés et 6 enfants, comment faisait-elle pour gérer son temps ?

 » Elle n’était pas disponible parce qu’il faisait beau et qu’elle partait en randonnée ! Elle m’a expliqué par la suite :  » Chaque minute passée, est mon choix.  » Au lieu de dire :  » Je n’ai pas le temps pour… » elle dira :  » Je ne le fais pas parce que ce n’est pas une priorité.  »  » Je n’ai pas le temps  » signifie souvent  » Ce n’est pas une priorité « . Quand on y pense, c’est un langage plus précis. Je peux dire que je n’ai pas le temps pour dépoussiérer, mais ce n’est pas vrai. Si on me proposait $100 000 pour le faire, je le ferais assez rapidement « .

Accepter l’imperfection

L’imperfection est progressivement devenue un défaut, une tâche, une tare à éradiquer. Nous devons être des êtres parfaits sous peine de nous voir bannis de la communauté… Qui a dit cela ? Et si ça se passait dans nos têtes exclusivement ? Et si la perfection tant recherchée n’était que le reflet de notre besoin d’amour et de reconnaissance ? Car tous les êtres humains ont leurs défauts, et renier nos vulnérabilités revient à refuser celles des autres et donc à fausser nos relations. Nous nous infligeons des charges et des obligations que personne d’autre que nous n’exige.

Dans un monde hyper connecté, supposés faciliter nos relations, nous voyons en fait augmenter le nombre de personnes seules qui tentent désespérément de se créer une image idéale et qui finissent par se confondre avec leur avatar… Sur les réseaux sociaux, nous montrons ce que nous voulons bien montrer et généralement, nous nous créons une image positive, forte. Pas de laisser-aller, pas de chagrins, pas de déceptions, ou alors ceux que l’on va surmonter (forcément !). Et les « amis » du réseau, ne voulant pas être en reste se dépeignent de la même manière…

 » J’ai supprimé mon compte Facebook «  nous dit Emilie, 24 ans  » Au début, c’était sympa de partager plein de trucs avec les copains. Et puis je me suis retrouvée à consulter mon téléphone sans arrêt et à traquer le moindre commentaire. Je me sentais hyper mal… J’avais l’impression que tout le monde faisait des trucs super et quand je regardais ma vie, je n’y trouvais rien d’exceptionnel. Alors j’en rajoutais un peu… C’est quand j’ai passé une soirée avec une amie qui avait besoin de parler que j’ai réalisé que ce qu’elle racontait était faux ! Elle voulait donner la meilleure image d’elle-même… Évidemment ! Je n’y avais même pas pensé… J’ai décidé de revenir aux vrais échanges. Par téléphone ou en vrai. Et ça va beaucoup mieux. Nous avons des joies et des peines et on peut en parler ensemble. Ça fait du bien ces relations…. Ça permet de se reconnecter, de se sentir proches, moins seule… de trouver des solutions aussi… « 

Prendre conscience de sa vulnérabilité est profondément libérateur. Lorsque l’on accepte de ne pas être dans la toute puissance, on peut alors être acteur de sa vie et agir en toute conscience. Le véritable courage se situe dans l’acceptation de sa vulnérabilité, car elle permet de s’engager pleinement.

Pour David Whyte, conférencier, poète et philosophe, auteur (entre autres) de Consolations  » Le seul choix que nous ayons en devenant plus mature, c’est de quelle façon nous allons habiter notre vulnérabilité. Allons-nous développer plus de courage et de compassion en devenant plus intimes avec la connaissance de notre état temporaire ? Ou bien, à l’opposé, allons-nous nous plaindre, le cœur plein de peur face à notre fragilité et ne jamais vraiment vivre ? « 

Vouloir à tout prix atteindre la perfection, c’est le contraire de l’action et c’est le contraire de l’être. Tout à un prix. Surtout le  » paraître « . Vouloir être physiquement parfaite dénote déjà un mal-être. S’aimer et être aimée sous condition. S’aimer de manière inconditionnelle permet d’aimer, en retour, de manière inconditionnelle. Accepter d’imperfection permet d’agir et agir même à la confiance en soi.

Brene Brown © Benedict-Evans

Aujourd’hui, nous avons tendance à penser que vulnérabilité équivaut à faiblesse. Mais d’après le professeur Brené Brown, auteur du bestseller «  Le pouvoir de la vulnérabilité « , cette notion serait plutôt le berceau de l’amour, de l’empathie, et du courage.

Le rejet de la vulnérabilité découle le plus souvent de son association avec des émotions négatives comme la peur, la honte, le chagrin, la tristesse et la déception. Ce sont des émotions dont on ne veut pas parler, même quand elles affectent profondément la manière dont on vit, aime, travaille, dirige. Ce que la plupart des gens échouent à comprendre, et qu’il m’a fallu une décennie de recherches pour éclaircir, c’est que la vulnérabilité est également le berceau des émotions et des expériences qui font follement envie. La vulnérabilité est le terreau de l’amour, de l’intimité, de la joie, du courage, de l’empathie et de la créativité. Elle est la source de l’espoir, de la responsabilité et de l’authenticité. Quand on veut éclaircir ses objectifs et mener une vie plus spirituelle, la vulnérabilité est la voie à emprunter.

Je sais que c’est difficile à croire, surtout quand on a passé sa vie à penser que vulnérabilité et faiblesse étaient synonymes, mais c’est vrai. Je définis la vulnérabilité comme l’incertitude, la prise de risque, l’ouverture émotionnelle. Avec cette définition à l’appui, réfléchissons à l’amour. Aimer jour après jour quelqu’un qui répond ou non à cet amour, dont on ne peut pas assurer la sécurité, qui reste ou part sans préavis, qui se montre loyal jusqu’à la mort ou trahit à la première occasion, c’est cela la vulnérabilité. L’amour est incertain et incroyablement risqué. Aimer, c’est se mettre à nu sur le plan affectif. Oui, c’est effrayant et ça peut faire mal, mais peut-on imaginer de vivre sans aimer et être aimé ?

Extrait de :
https://www.inrees.com/articles/vulnerabilite-force-plutot-que-faiblesse/

Vous avez aimé cet article ? Vous pensez qu’il pourrait aider un proche ? N’hésitez pas à partager.

Laissez-moi vos commentaires : j’adore lire des retours et recevoir des suggestions !

Et si on prenait le temps de vivre ? (1/4)

Et si on prenait le temps de vivre ? (1/4)

J’arrête de surcharger mon existence et j’arrête le toujours plus…

Vous rentrez chez vous après une bonne journée de travail, vous êtes déjà passée au supermarché et vous rêvez de vous enfoncer dans le canapé avec un verre de vin à consommer avec ou sans modération. Trente minutes. Juste le temps dont vous avez besoin pour décompresser. Vous faites le premier pas vers le sofa qui vous tend les coussins et dans un sursaut de lucidité, vous vous souvenez que vous devez préparer le repas pour les enfants (où sont-ils, d’ailleurs ?) et pour Marc-Antoine qui va rentrer. Sans compter que les papiers s’entassent, qu’il n’y a plus une paire de chaussettes propre et que vous n’avez pas écrit la première ligne du compte-rendu de réunion à rendre hier. Bref, tout s’emballe.

Décompresser ? Avec tout ce que j’ai à faire ! Et puis quoi encore ?

Malgré toutes vos résolutions et vos meilleures intentions, prendre du temps pour vous reste un rêve. Un fantasme. Vous êtes toujours en mouvement dans l’espoir de mener de front une carrière, des enfants et (si possible) une vie de couple épanouie. Ne rien faire vous semble le comble de la perversion… Les courses, la crèche, le rendez-vous à l’école, le pressing, les réunions du lendemain, emmener Mathilde à la danse et Paul à l’escalade. Faire réviser la voiture, le cours de yoga, de théâtre, les dîners avec les copains, sans oublier de se cultiver un peu… Par chance, vous n’avez pas d’amant !

Malgré toute notre bonne volonté et nos bonnes décisions pour profiter pleinement de la vie, nous nous précipitons dans l’action sans même prendre le temps de réfléchir pour savoir si cette action nous convient ou même si elle est utile !

 » Je n’arrive pas à m’arrêter «  admet Sophia, dynamique parisienne de 32 ans  » J’essaie, mais dès que je suis assise, j’ai une petite voix dans la tête qui me liste tout ce que j’ai à faire ! Ça va de la page Facebook au site de déco ou de sorties en passant par ranger et vider les placards… Je voudrais aussi faire du sport, au moins aller marcher un peu, m’inscrire à un cours de yoga, perfectionner mon anglais… Alors je me lève et en fait, je ne fais rien. Ça fait au moins 1 an que je veux vider mes placards et vendre sur Internet des fringues que je ne mets plus et je n’ai pas encore pris les photos… Ne parlons pas du sport ou des sorties… « 

Ne pas prendre le temps de gérer ses priorités, c’est laisser libre court à la petite voix qui semble jouer avec nous en nous faisant passer d’une tâche à l’autre, sans en finir aucune. Et au bout du compte, la to-do-list s’est allongée sans que nous ayons pu rayer une seule ligne…

Hier, aujourd’hui, demain, au secours ! Tout s’embrouille !

Qui ne s’est jamais senti perdu face au temps qui passe ? Qui n’a jamais situé à des années lumières un événement qui s’est déroulé la semaine précédente ? De même, il arrive qu’un futur lointain nous apparaisse proche et que nous ressentions une angoisse à l’imaginer. Par exemple une potentielle perte d’emploi ou un éventuel déménagement. Lorsque nous ne vivons pas l’instant présent, tout fini par s’embrouiller.

 » J’ai décidé de prendre ma vie en main «  déclare Rachel  » Trop, c’est trop. Je n’en pouvais plus de m’endormir avec une longue liste de tâches en tête. Il m’arrivait même de me réveiller en pleine nuit avec la sensation d’avoir oublié quelque chose ! Et comme je n’arrivais pas à m’endormir, je me levais pour noter ce que j’avais oublié et parfois j’allais même jusqu’à consulter mon smartphone et répondre à des emails. Je me suis inscrite à un cours de méditation. Au début, ça a été l’enfer ! J’avais l’impression de perdre mon temps et je n’arrivais pas du tout à apaiser mon esprit, au contraire ! Les pensées arrivaient par dizaines, par centaines pour me dire tout ce que j’aurais pu faire au lieu d’être assise là à faire du rien ! Et petit à petit, j’ai trouvé le calme. J’ai appris à observer mes pensées sans les arrêter. A relativiser les choses. Et curieusement, c’est quand j’ai ralenti le rythme que je me suis mise à en faire plus ! « 

En prenant les chose les unes après les autres, en les mettant à leur juste place, en les traitant au bon moment (ou en ne les traitant pas), il nous arrive de réaliser que ce qui paraissait si important est en fait insignifiant. Il s’agit de prendre de la hauteur pour apprendre à relativiser.

Pour Malika, 30 ans, c’est simple :  » Quand tout s’embrouille, je prends une feuille de papier et je note tout ce qui me passe par la tête et puis je fais le tri. Ce qui est important et ce qui ne l’est pas. Avant, il m’arrivait de mettre en priorité des trucs comme passer l’aspirateur ou acheter du lait ! A chaque ligne, je me demande comment ça serait si je ne le faisais pas. Si les conséquences sont importantes à moyen ou long terme, je fais et si ce n’est pas le cas je ne fais pas. Depuis, j’ai du temps pour moi et je suis beaucoup moins stressée ! Bien sûr, il a fallu apprendre à lâcher prise sur pas mal de choses et lutter contre mon éducation… « 

Jamais sans ma famille !

Dans un contexte où il ne reste plus le moindre espace pour soi, il faut aussi s’occuper des enfants et de Marc-Antoine (leur parler et les écouter…), histoire de maintenir une vie de famille à peu près équilibrée.

Myriam, 40 ans a adopté une stratégie  » Mon mari et mes enfants sont des priorités absolues pour moi. Je suis DRH et ma journée est très intense. Je suis sollicitée en permanence et si je ne prends pas un moment pour me vider le cerveau, je n’arrive pas à être disponible pour ma famille. J’ai toujours un truc qui me trotte dans la tête en arrière-plan. Alors nous avons décidé d’évacuer le stress avant de nous retrouver. Le premier arrivé à la maison s’occupe du dîner et des enfants. Quand l’autre arrive, nous prenons le temps de parler de nos journées respectives. Ça permet d’évacuer le trop-plein en mettant des mots sur ce qui ne va pas ou au contraire sur ce qui s’est bien passé. Puis quand nous passons à table avec les enfants, nous nous intéressons de la même manière à leur journée. Leurs réussites, leurs jeux, leurs découvertes, leurs inquiétudes… Le fait d’avoir nous-mêmes vidé nos sacs nous permet d’être pleinement présents avec eux. Évidemment, il s’agit d’être authentiques et de nous intéresser vraiment les uns aux autres. Nous ne posons pas de questions sur les notes obtenues, mais sur ce qu’ils ont vécu au cours de la journée. Au début, la mise en place a été difficile, puis c’est devenu naturel. Ça nous a permis de nous rapprocher et de faire des dîners des moments privilégiés. « 

Lorsque les journées sont très remplies, il reste peu de temps disponible pour être vraiment avec les siens. Aménager des espaces de discussions et d’échange devient alors fondamental pour le bon fonctionnement de la cellule familiale et pour se préserver.

Quelques petites choses à faire pour reprendre le pouvoir sur sa vie (et son temps) :

 

Se fixer des objectifs.

Attention ! Les objectifs doivent être SMART : Spécifiques, Mesurable, Atteignable, Réalistes et Temporellement définis. Si votre objectif est de perdre 20 kilos en 1 mois, ou de vous arrêter de fumer un de ces jour, il n’est pas SMART. SMART, c’est perdre 20 kilos d’ici 2 ans à raison de 1 kilo par mois et de passer à l’action immédiatement, ou d’éteindre sa cigarette tout de suite.

Se donner des priorités

Toutes les tâches et toutes les activités ne sont pas à mettre sur le même plan Certaines sont importantes et urgentes, d’autres ne le sont pas, peuvent être déléguées, voire oubliées. Quel est votre important ? Qu’est-ce qui compte réellement ?

Lâcher du lest

Votre éducation vous pousse au toujours plus et vous ne savez pas vous arrêter ? Que craignez-vous ? Êtes-vous portée par les « il faut », « je dois » ou par votre désir, vos envies, vos rêves et les objectifs que vous vous êtes fixés ?

Réserver une plage horaire pour consulter les réseaux sociaux

Votre smartphone vous appelle ? Résistez… En répondant immédiatement à la moindre sollicitation, vous vous déconcentrez et il vous faudra beaucoup plus de temps pour vous remettre au travail.

Éteindre la télévision

Selon une étude de Médiamétrie les français passent près de 4 heures par jour devant la télé. Or, une étude publiée par Jama Psychiatry démontre que trop regarder la télévision nuit au cerveau… Par ailleurs, que feriez-vous de ces 4 heures si vous en disposiez ?

Vous avez aimé cet article ? Vous pensez qu’il pourrait aider un proche ? N’hésitez pas à partager.

Laissez-moi vos commentaires : j’adore lire des retours et recevoir des suggestions !

10 clefs pour faire durer son couple

10 clefs pour faire durer son couple

J’ai un peu hésité à publier cet article qui me paraissait un peu simpliste. Dans le genre « trucs et astuces pour garder son mec ». C’est en discutant avec quelques personnes (hommes et femmes), en les écoutant, en lisant, en interviewant que j’ai réalisé que ce n’était pas si simple. Certaines clefs s’adressent à des femmes et la plupart s’adressent aux 2 parties (je vous laisse adapter en fonction de qui vous êtes…). Hommes et femmes sont fondamentalement différents. Nous ne pensons pas de la même façon et nous ne réagissons pas de la même façon. Ce qui nous semble important ne l’est pas pour eux et réciproquement. J’ai donc noté les points qui ressortent le plus fréquemment sur la relation homme/femme.

Vos commentaires sont les bienvenus !

Vous le connaissez par cœur, du moins, c’est ce que vous pensez. Vous savez en effet s’il rebouche ou non le tube de dentifrice, si ses chaussettes connaissent le chemin du panier à linge et s’il préfère la blanquette de veau au gigot d’agneau. Mais que savez-vous de ses besoins et de ses désirs profonds ? Car pour qu’un couple dure, la compréhension de l’autre et l’intimité sont des facteurs incontournables. Je parle bien entendu de couples qui durent dans la joie et l’amour et non dans l’ennui et la résignation…

1 – Pensez  » Relation « 

Le couple n’est pas (que) l’addition de deux individus. C’est aussi et surtout une entité à part entière qui se nourrit et s’enrichit d’expériences communes. Jacques Salomé nous enseigne que chacune des parties est responsable de son bout de la relation et c’est en préservant la relation (et non la personne) que l’on fait durer le couple. Au moment de la rencontre, nous avons soigné notre relationnel, la façon dont nous parlons. Puisque nous ne le/la connaissons pas encore, nous mettons tout en œuvre pour que la relation se passe bien. Puis, au fil du temps, nous oublions de préserver cette relation et vient le temps des critiques, des reproches et des jugements…

2 – Apprenez à communiquer

Il ne peut pas ne pas y avoir de communication. Si certains de ses comportements ne vous conviennent pas, dites-le ! Une seule réserve : le dire dans l’amour et le respect et non dans les reproches. Dites ce que vous ressentez, vous, et parlez en disant  » je « . Il sera certainement beaucoup plus sensible à ce que vous ressentez qu’à ce que vous lui reprochez… C’est grâce à la qualité de vos échanges que vous irez à la rencontre de l’autre et de vous-même.

3 – Cessez de vouloir le ou la changer, apprenez à vous respecter mutuellement

Ce ne sont pas les compromis, les concessions ou la soumission qui maintiennent 2 êtres ensemble, mais l’acceptation des différences. Refusez que votre conjoint vous définisse et vous enferme dans un rôle qui ne vous convient pas et parallèlement, renoncez à vouloir le ou la transformer. Il ou elle ne vous appartient pas, vous n’êtes pas plus responsable de son bonheur qu’il ou elle n’est responsable du vôtre. Ce sont vos espaces de liberté respectifs et mutuels qui vous permettront d’être sincères et de devenir de meilleures versions de vous-même.

4 – Acceptez ses zones d’ombres

Pas de lumière sans ombre. Nous avons tous des zones d’ombres. Pour Jung, elles représentent ce que nous cachons aux autres et à nous-mêmes. Les  » défauts  » de l’autre qui vous irritent tant sont probablement des défauts que vous portez et que vous voulez cacher. Nous sommes faits de lumière et d’ombre. Nous sommes tour à tour et tout à la fois anges ou démons, lumineux ou ternes, joyeux ou tristes, enjôleurs ou boudeurs. Lorsque vous idéalisez l’autre, vous reniez la partie que vous ne voulez pas voir et vous lui refusez, en même temps qu’à vous-même, le droit à l’authenticité, à la fragilité, à l’erreur. En somme, à ce qui fait de nous des êtres humains.

5 – Complimentez-le quand il fait un effort

Nous savons parfaitement bien critiquer, dire ce qui nous déplaît et nous plaindre. Mais savons-nous complimenter, remercier, reconnaître ? Il vous offre un bouquet de fleurs et ça n’est pas ce que vous attendiez ? Il passe l’aspirateur moins bien que vous ? Est-ce vraiment grave ? Pour évoluer, pour être heureux, nous avons besoin de signes de reconnaissance. Ils sont indispensables pour la survie biologique et psychologique. Nous pointons trop souvent ce que ne va pas et nous oublions de souligner ce que nous apprécions chez l’autre. Soyez attentif aux signaux que votre compagnon vous envoie et valorisez-le. Apprenez à donner des signes d’attention, il vous en sera reconnaissant et poursuivra ses efforts. Donc si ses chaussettes trouvent le chemin du panier à linge, félicitez-le, mais sans sarcasme ! Dites plutôt en quoi cette action répond à l’un de vos besoins (ordre, harmonie, temps, respect…)

6 – Soyez attentive

Rien n’est acquis, tout est toujours à reconquérir. C’est l’attention que vous accordez à votre couple qui vous permettra de le faire durer en évitant la routine. Entretenir la flamme est un travail de chaque jour. Demandez-vous comment lui faire plaisir. Il ne s’agit pas de revenir chaque jour avec un cadeau dans les bras ou de l’envahir de textos, mais d’être attentive à ses besoins. Il a besoin de parler ? Écoutez-le. Vous n’avez pas à répondre ou à donner votre avis, mais juste à écouter avec attention ce qu’il cherche à vous dire. Il a besoin de calme et de silence ? Profitez-en pour vaquer à vos occupations.

7 – Apprenez l’égoïsme 

Notre éducation judéo-chrétienne nous a appris à rester en retrait et à nous  » sacrifier « . Or ne pas répondre à nos propres besoins revient à cultiver de la frustration. Au contraire, prendre soin de soi revient à donner à l’autre le meilleur de soi-même. Pour être bien à deux, il convient d’être bien avec soi-même. Être dépendant de l’autre, c’est s’éloigner du bonheur et faire peser sur son compagnon ou sa compagne une responsabilité qui finira immanquablement par étouffer le couple.

8 – Aimez-vous !

Si vous ne vous aimez pas, comment voulez-vous qu’une autre personne vous aime ? Par qui et par quoi êtes-vous attirée vous-même ? Que préférez-vous ? Une personne qui se dévalorise et se sent insignifiante ou une personne qui rayonne ? L’amour de soi est le premier pas vers l’estime de soi. Très tôt dans notre éducation, nous sommes conditionnés à nous conformer à ce que l’autre veut ( » si tu m’aimes, termine ton assiette « ) et non à nos propres besoins. S’aimer inconditionnellement avec nos défauts permet d’aimer l’autre inconditionnellement et comme on attire ce que l’on émet, il ou elle vous aimera de la même manière. Soyez vous-même. C’est votre rayonnement qui le séduira.

9 – Cultivez l’intimité 

Ce qui différencie un couple d’une bande de potes, c’est l’intimité. Sans intimité, la complicité va se déliter et la distance s’installer. Le rapport sexuel rapproche mais ne se réduit pas à un passage à l’acte ! Toucher, caresser, effleurer, masser, sont autant de gestes qui consolident l’harmonie et élargissent le champ des possibles d’un couple. De même, les regards en disent long. L’intimité du couple est une chose précieuse, parfois (souvent) difficile à atteindre autant qu’à maintenir. En ouvrant son cœur, on se laisse toucher par l’autre. La sexologue Nicole Desjardins, thérapeute conjugale et familiale, pense que « la réelle intimité naît à partir du moment où on perd nos illusions du début, et où on voit l’autre tel qu’il est vraiment. Et quand on s’accepte mutuellement, avec nos zones d’ombre et de lumière. »

10 – Cultivez l’art de la séduction 

La séduction ne se limite pas à une paire de talons hauts et à un maquillage outrancier. Il ne s’agit pas non plus de lingerie fine, même si elle y contribue ! La séduction est une attitude, un comportement. Un art de vivre. La séduction est faite de charme, de liens, de vulnérabilité, de fierté, de tout ce qui nous constitue… La séduction, c’est ce qui se dégage de vous en termes de confiance en soi et d’amour de soi. Et cela se travaille tout au long de la vie…

Êtes-vous faits l’un pour l’autre ?

 

Pouvez-vous évoluer à la fois ensemble et séparément ?
Une question à deux balles dont la réponse tombe sous le sens ? Pas forcément, car lorsque l’un des partenaires évolue, l’autre peut être déstabilisé. Or la mécanique du couple est fragile. Il faut alors apprendre à se remettre en harmonie avec l’autre sans toutefois renoncer à sa propre évolution.

Où en est votre communication ?
Pouvez-vous vous ouvrir à l’autre et votre compagnon ou compagne s’ouvre-t-il / elle à vous ? Pour qu’un couple dure, il faut que le lien soit solide. Un lien étroit suppose de la confiance, de la connivence et de la complicité. Parler, échanger, s’ouvrir, écouter, accueillir permet de créer ce lien.

Aimez-vous jouer ensemble ?
Rire, danser, chanter, faire l’amour, s’amuser d’un rien, sont autant de situations qui vous rapprochent. Redevenir des enfants le temps d’un jeu permet de découvrir et de dévoiler de nouvelles facettes et de communiquer d’inconscient à inconscient.

Avez-vous une sexualité épanouie ?
Le corps-à-corps, le toucher de la peau, le jeu, la confiance, le lâcher prise renforcent les liens. Pouvoir s’abandonner en toute confiance est un élément fondateur, car aimer suppose le lâcher prise. Se laisser envahir par un sentiment sur lequel nous n’avons aucune maîtrise.

 

Pour aller plus loin :

  • On arrête ? On continue ? Faire le bilan de son couple de Robert Neuburger (Payot)
  • Je t’aime, je te trompe de Esther Perel (Robert Laffont)
  • Et si on parlait d’amour ? de Inès Pélissié du Rausas (Saint-Paul Eds.)
  • L’amour véritable de Yvon Dallaire (Québec-Livre)
  • L’égoïsme partagé : Le secret des couples heureux de François Ducroux et Sylvain Mimoun (Eyrolles)
  • Attention, Coeurs fragiles de Saverio Tomasella (Eyrolles)
  • L’Amour Individualiste, Comment le couple peut-il survivre ? Gérard Neyrons (Erès)
  • L’Art d’aimer d’Erich Fromm (Pocket)
Vous avez aimé cet article ? Vous pensez qu’il pourrait aider un proche ? N’hésitez pas à partager.

Laissez-moi vos commentaires : j’adore lire des retours et recevoir des suggestions !

Que savez-vous de vos valeurs phares ? 

 

Vous ressentez souvent de la colère et de la frustration. Il vous arrive aussi d'éprouver comme un sentiment de honte et de culpabilité. Vous êtes fatigué au travail etvousy allez avec la boule au ventre...

vous avez l'impression d'être différent, que le monde dans lequel vous vivez n'est pas le vôtre... 

 

Peut-être vivez-vous un conflit de valeurs et vous êtes dans la souffrance éthique.

N'attendez pas le burnout ou la dépression profonde. Sortez de l'anxiété en identifiant clairement vos valeurs phares et voyez si elles concordent avec celles de votre entourage, privé ou professionnel.

En vivant en accord avec vos valeurs, vous retrouverez la sérénité, la paix de l'esprit, le sourire ; vous éprouverez à nouveau ce plaisir que vous aviez, il y a quelques années lorsque vous avez décroché ce job de rêve

Téléchargez GRATUITEMENT le livret des valeurs

 

Bravo ! Consultez votre boite mail pour recevoir votre cadeau !