Carte d’identité

Activité :

Facilitatrice en communication, noueuse de relations, allumeuse de motivation, critiqueuse de blabla, diseuse d’histoires, accordeuse de différences, saupoudreuse de couleurs, réveilleuse de talents…

Je propose des formations, des ateliers, de l’accompagnement et du conseil pour mieux communiquer, en environnements professionnel ou personnel, dans la « vraie vie » ou sur le web.

Crédo : Sauver l’amour !

Imagine all the people living life in peace…(John Lennon – Imagine)
Faire rimer Réussite et Bien-Etre, Compétences et Talent, Communication et Connaissance de Soi (et des autres)

Apprendre à mieux communiquer pour améliorer la relation à soi et aux autres, « Parce que la performance, sans le respect profond des personnes, a montré ses limites et qu’il est essentiel, désormais, de faire cohabiter les valeurs personnelles et collectives au sein des structures. » Paul Pyronnet

Formation  :

Master Coach, Formatrice, praticienne en thérapies brèves (TBSI), habilitée praticienne Predom

Expérience : 

Relations presse, Relations Publiques, Communication 360, Marketing web, Formation, Média Training, Accompagnement Managérial, Animation d’ateliers, Coaching d’équipes et coaching de vie,  Ecole de la vie…

Outils  :

PNL, Analyse Transactionnelle, Communication NonViolente, TBSI, Predom, sans oublier le bon sens et mon expérience personnelle

Mon parcours

La communication est depuis longtemps mon coeur de métier et mon centre d’intérêt. Pendant plus de 25 ans, j’ai exercé la profession d’attachée de presse, de conseil en communication et de directrice marketing et communication en agences et en entreprises avec la mission de créer du lien, de la confiance et de la cohérence.

Quand la création d’entreprises devient un jeu…

Trop jeune, pas assez d’expérience… Qui n’a pas entendu ça en sortant de ses études au moment de sa première recherche d’emploi ? Après l’avoir entendu souvent pour des emplois qui me séduisaient, j’ai accepté des jobs pour payer mon loyer, mais à 20 ans, je n’imaginais pas passer les 40 années suivantes à m’ennuyer 8 heures par jour en ne payant « que » mon loyer ! Puisque je ne trouvais pas d’employeur, je me suis inventé un parcours et je suis allée chercher des clients. Attachée de presse free-lance d’abord, puis responsable de clientèle en agence et responsable communication d’un éditeur de logiciels ensuite, j’ai eu la chance de participer au démarrage de la micro-informatique dans le milieu des années 80. Ma première agence de Relations Presse, créée en 1989, s’est rapidement classée parmi les premières agences de RP parisiennes dans le secteur des technologies de l’information avec des clients aux noms prestigieux : Toshiba, Epson, Intel, Symantec, Computervision, Motorola, Samsung, Hitachi, CA… et de belles réussites en termes de communication. Pendant plus de 10 ans, j’ai formé des équipes, transmis des savoir-faire et des savoir-être, bâti des histoires, créé et déroulé des stratégies de communication… J’ai organisé des conférences, des salons, des lancements de produits, animé des média training, rédigé des dossiers, des communiqués, des rapports en tous genres… Puis, en 2003 j’ai créé une agence de conseil en communication dont la vocation était la conception et la mise en place de stratégies de communication opérationnelle sur les zones EMEA (Europe, Middle-East, Africa), APAC (Asie, Pacifique) et USA. Dans ce contexte, il fallait communiquer avec des publics différents : mon équipe, mes partenaires, la presse et des clients de nationalités différentes (Japon, Corée, UK, US). Comment communique-t-on dans un environnement pluri-culturel ? Comment fait-on pour comprendre l’autre et pour se faire comprendre ? Comment créer cohésion, implication, adhésion, confiance et sentiment d’appartenance?

 et que le jeu devient un piège…

L’intention de départ était bonne, mais il me manquait mon objectif, mon « pourquoi ». Or, quel chemin emprunter lorsque la destination n’est pas définie ? Prise dans le tourbillon du « faire », j’allais de soirées en soirées, de diners en diners, rencontrais beaucoup de monde, me croyais libre alors que je ne faisais que m’étourdir et remplir les heures. Il manquait un SENS à mes actes qui n’étaient en définitive qu’une façon de fuir. Il n’y avait aucun temps mort dans mon agenda. Même le jour de la naissance de mon fils (un dimanche) j’avais organisé un déjeuner ! Le lundi, en entrant dans ma chambre, l’obstétricien s’est exclamé : « ce n’est pas une chambre, c’est une grande cabine téléphonique ! ». J’avais apporté mon ordinateur et je l’avais connecté à la prise téléphonique. Ce qui était un pari et un jeu au départ était devenu sérieux et prenait toute la place dans ma vie. Les « et si on faisait comme si » s’étaient mués en « il faut, je dois… »

C’est qu’il est temps de se poser des questions !

Eloignée de mes valeurs fondamentales, je ne répondais plus à mes besoins. Mon caractère et mon humeur s’en ressentaient ! La dépression est une maladie étrange. Elle était là, tapie, et je ne la voyais pas. Je ne réalisais son passage qu’à son départ. Faux départ, elle revenait régulièrement, la sournoise !

Martin Latulippe, Académie Zéro Limite

Avec Martin Latulippe – Académie Zéro Limite – http://martinlatulippe.ca/

Il aura fallu beaucoup d’expériences, de rencontres et d’apprentissages pour revenir sur mon axe et cerner qui je voulais être, réellement ; car en la matière, on apprend le « quoi » (quoi faire) pour le « combien », mais plus rarement le « qui » (qui je veux être) et le « comment », jusqu’à ce que des situations et des rencontres nous amènent à changer de focale et d’angle de vue… La communication est restée au coeur de mes centres d’intérêt parce que je crois fondamentalement que savoir communiquer permet de résoudre la plupart des conflits. Communication externe ou interne, communication inter ou intra personnelle et depuis près de 10 ans, j’accompagne des personnes, particuliers ou en entreprise, à renouer avec leurs valeurs pour répondre à leurs besoins.

Pourquoi mixer communication externe et communication interne ?

 

« Parce que la performance, sans le respect profond des personnes, a montré ses limites et qu’il est essentiel, désormais, de faire cohabiter les valeurs personnelles et collectives au sein des structures. » Paul Pyronnet

Si vous avez envie de me rencontrer, si vous pensez que je peux vous aider, ou si vous avez des questions, n’hésitez pas : prenons contact !

TELECHARGEZ